L’Unesco veut promouvoir une culture de la paix en Afrique

L’Unesco veut promouvoir une culture de la paix en Afrique

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a annoncé mardi à Luanda sa volonté d’élaborer un programme d’actions concrètes visant à développer la résolution pacifique des conflits en Afrique.

« Nous sommes en train de lancer de nouveaux projets dans des pays en conflit ou en sortie de crise, en Côte d’Ivoire, au Soudan du Sud, en Ouganda et Guinée-Bissau », a déclaré Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco au cours d’un Forum panafricain sur une culture de paix organisé dans la capitale angolaise jusqu’à jeudi.

« Le continent africain a autant besoin de paix que de pain pour nourrir ses enfants », a déclaré José Eduardo dos Santos, le président angolais.

Festivals culturels nationaux, rencontres sportives interscolaires, cérémonies de purification des anciens soldats, création de comités de quartier font partie des exemples d’actions possibles citées.

Le Forum réunit des représentants de presque tous les pays du continent, mais aussi des différents organisations régionales, ainsi que de la Banque africaine de développement.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
afriqueunesco

Related Articles

Boko Haram détient le prêtre français kidnappé au Cameroun

Boko Haram détient le prêtre français kidnappé dans la nuit de mercredi à jeudi dans le nord du Cameroun, a

Gambie : le chef d’état-major de l’armée annonce son soutien à Jammeh

[GARD align= »center »] Le chef d’état-major de l’armée gambienne a annoncé son soutien inconditionnel au président Yahya Jammeh. Il l’a fait

Zambie: la bataille pour la présidence rebondit devant la justice

 [GARD align= »center »] La bataille de succession ouverte en Zambie depuis la mort du président Michael Sata s’est durcie jeudi, un

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*