Lutte contre le terrorisme au Sahel: La France va installer son pôle de coopération stratégique à Dakar

Lutte contre le terrorisme au Sahel: La France va installer son pôle de coopération stratégique à Dakar

[GARD align= »center »]

Jean-Yves Le Drian le 2 octobre 2012 à Paris (AFP/Archives)

Jean-Yves Le Drian le 2 octobre 2012 à Paris (AFP/Archives)

La capitale sénégalaise, Dakar va abriter le pôle de la coopération française et la stratégie du commandement d’anticipation dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Cette révélation a été faite, dimanche à Dakar, par le ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian.

C’est dimanche dans la matinée que le ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian a été reçu en audience par son homologue des Forces armées, Augustin Tine.  On sait déjà en partie de ce que les deux hommes se sont dits. Puisque à sa sortie d’audience, Jean Yves Le Drian s’est confié aux micros des journalistes. C’est pour souligner le souhait de la France de voir la stratégie du commandement d’anticipation pour le contrôle du périmètre régional, installer à Dakar et Libreville.

[GARD align= »center »]

« C’est à partir d’ici que se fait la coopération et c’est également à partir de Dakar que se préparent sur l’ensemble de la région les interventions si nécessaires », a précisé le ministre français de la Défense. Jean Yves Le Drian a ensuite indiqué que la présence française à Dakar est historique. Pour lui, elle est maintenue et même renforcée qualitativement dans le nouveau schéma d’organisation des forces françaises en Afrique. « Nous avons décidé que ce nouveau schéma donne un rôle stratégique aux Eléments français au Sénégal (EFS)», indique-t-il.

Dakar et Paris sont liés par un accord de coopération militaire qui installe les Eléments Français au Sénégal et remplace celui de 1974. Les 1200 militaires qui composaient les anciennes Forces françaises du Cap-Vert ont fait place aux EFS avec un effectif de 350 hommes, après la volonté de l’ancien régime (2000-2012) d’Abdoulaye Wade de redéfinir la coopération militaire entre le Sénégal et la France.

[GARD align= »center »]

Pour Le Drian, sa visite à Dakar témoigne d’une affirmation de la bonne coopération entre les deux pays. Après Dakar, Jean Yves Le Drian se rendra en en Côte d’Ivoire et en Mauritanie, où il parlera, sans doute, des questions de défense et de sécurité. Mais avant de quitter Dakar, il a eu un entretien avec le chef de l’Etat Sénégal.

Baba Mballo
Dakar – Oeildafrique.com

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
dakar

Related Articles

Mali : Berlin retire une partie de ses soldats

[GARD align= »center »] Des centaines de soldats allemands poursuivent leur mission au Mali pour aider ce pays à former son armée,

Uemoa : les causes profondes de la démission de Soumaré du président de la Commission

[GARD align= »center »] Elu président de la Commission de l’Uemoa en janvier 2011 pour quatre ans, le Sénégalais avait vu son

Division au sein du parti de Gbagbo : le rapprochement des deux camps « monte en intensité » (chef statutaire)

[GARD align= »center »] Pascal Affi N’Guessan, le chef statutaire du Front populaire ivoirien (Fpi, opposition), le parti de l’ancien président Laurent

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Njamkepo Georges
    Njamkepo Georges 11 mai, 2014, 23:54

    Les français, nouveaux conquistadores de la planète ou comment reprendre position sur son empire colonial, sinon par des moyens militaires, comment reprendre la main sur des états qui étaient soumis et qui sont entrain de subir le péril jaune… Les bases militaires de la France iront en se multipliant, les stratégies bureaucratiques des cols blancs ne suffisent plus, il faut marquer sa présence par des moyens physiques… et pour cela, organiser des génocides, des petites guéguerres et de la violence entre Africains, pour donner à la communauté internationale et au monde entier, de bonnes raisons humanitaires d’intervenir sur les théâtres de violence, avec la complicité des… Africains. Bel alibi

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*