Macky Sall : « J’ai décidé de libérer Karim », assure le président sénégalais

[GARD align= »center »]

Karim Wade

Karim Wade devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite lors d’une de ses dernières apparitions, le 15 mars 2013.|AFP

Le président sénégalais Macky Sall a assuré avoir « décidé de libérer » Karim Wade, fils de l’ex-chef de l’État Abdoulaye Wade, notamment incarcéré pour enrichissement illicite, affirmant qu’il ne reculera pas sur ses propos, selon le journal sénégalais Wal fadjri.

« Quand vous me demandiez de libérer Karim Wade, la procédure était déjà enclenchée. Et si je l’avais libéré, les gens allaient le voir d’une autre manière. Maintenant que la justice a fini son travail et qu’il est déjà condamné, je suis le seul à pouvoir décider de sa sortie de prison, a dit Macky Sall.

« J’ai décidé de le libérer et je ne compte pas revenir sur ma décision », a insisté Macky Sall dans une adresse au khalife des mourides, Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké, lors de sa visite à Touba le mardi 14 juin.

M. Sall, qui s’est rendu par la suite à Tivaouane (), a également confié au guide des mourides sa disponibilité à rencontrer l’ex-président, Abdoulaye Wade.

Le président sénégalais Macky Sall avait affirmé que la libération de Karim Wade, incarcéré pour enrichissement illicite aura « certainement » lieu d’ici la fin de l’année.

« Beaucoup de personnes demandent que monsieur Karim Wade soit élargi. Alors, tout ça, c’est possible, mais il faut le mettre dans son contexte réel. Je pense que, oui, il ne faut pas désespérer que cela puisse avoir lieu », avait souligné Macky Sall.

Le président Macky Sall a téléphoné à son ancien rival Abdoulaye Wade pour ses 90 ans il y a quelques jours, signe d’un réchauffement de leurs relations.

Le 30 janvier, des experts onusiens avaient estimé que la détention de Karim Wade était « arbitraire ». Le recours demandé par l’Etat sénégalais, n’a pas changé cet avis. Il avait été rejeté « pour absence de fait nouveau ».

Le fils de l’ancien président a été condamné à six ans de prison pour enrichissement illicite en 2015.

Erick de Baru
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE
[GARD align= »center »]

Tags assigned to this article:
Karim Wademacky sallsénégal

[fbcomments]

Related Articles

Bénin : début de la valorisation de la 2ème vallée la plus riche du monde

D’un coût total de 38 milliards environ, Le Projet d’Appui aux infrastructures agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (Paia-Vo) est

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires

[GARD align= »center »] Le Burkina Faso a inauguré cette semaine une usine de lampes solaires avec l’ambition de transformer une ressource

Malade, le président du Nigeria sous pression de se mettre en congé du pouvoir

[GARD align= »center »] Des membres de la société civile nigériane se sont unis mardi pour appeler le président Muhammadu Buhari, 74

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Patriote
    Patriote 15 juin, 2016, 15:41

    Fallait pas l’emprisonner alors !!!!!!!!!

    Je ne suis pas président pour faire ce qui me plait mais plutôt ce qui est juste.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*