Madagascar: Les forces de défense et de sécurité s’opposent à tout changement anticonstitutionnel

Madagascar: Les forces de défense et de sécurité s’opposent à tout changement anticonstitutionnel
Image d'archive|© DR Madagascar

Image d’archive|© DR

A Madagascar, les Forces de défense et de sécurité regroupant l’armée, la gendarmerie et la police ont déclaré samedi qu’elles sont opposées à toute tentative de changement anticonstitutionnel sous toutes ses formes.

Samedi au siège de la défense, les Forces de défense et de sécurité malgaches ont livré une déclaration à Antananarivo sous forme de soutien au Président actuel Hery Rajaonarimampianina.

La déclaration a été lu devant le Général de Corps d’armée, Paza Didier Gérard, secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie, l’inspecteur général Blaise Richard Randimbisoa, ministre de la sécurité publique ainsi le général de Corps d’armée Dominique Rakotozafy, ministre de la défense nationale.

« Face à la réalité politique actuelle, nous, Forces de l’ordre en tant que dernier rempart, garant de l’unité nationale, réitérons notre attachement au respect des valeurs républicaines et au principe démocratique », a déclaré le général de Corps d’Armée Dominique Rakotozafy, ministre de la défense nationale.

Dans la déclaration, les forces de défense et de sécurité disent mettre en garde et promettent ne pas tolérer toute tentative de changement anticonstitutionnel sous toutes ses formes, civile ou militaire, pouvant entraîner une nouvelle crise.

Elles ont exhorté la classe politique à attendre avec sérénité la décision de la Haute cour (HCC) conforme aux dispositions légales qui régissent le pays.

De même, elles ont appelé la population Malgache à garder le calme et à vaquer à leurs occupations quotidiennes et à rester vigilante par rapport aux éventuelles actions pouvant entraîner une déstabilisation.

La HCC malgache devra se prononcer d’ici la mi-juin concernant la requête d’accusation aux fins de déchéance du Chef d’ Etat déposé mercredi par les députés.

Les députés de l’Assemblée nationale accuse le président Hery Rajaonarimampianina d’avoir violé constamment la Constitution et surtout après la signature des résolutions issues des assises nationales de réconciliation, tenues au début du mois de mai, exigeant la dissolution de toutes les institutions, dont l’Assemblée nationale.

Les députés ne veulent laisser la main libre au Président, qui n’a pas de parti politique et qui n’a pas de courant favorable à l’Assemblée nationale.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Madagascar

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

La représentante de l’UE expulsée de Gambie, Bruxelles proteste

Le gouvernement gambien a donné 72 heures à la chargée d’affaires de la délégation de l’Union européenne (UE) à Banjul

Justice internationale: ces Africains poursuivis par la CPI

[GARD align= »center »] Sur les dix enquêtes instruites en ce moment par la Cour pénale internationale, neuf concernent des pays africains.

Oscar Pistorius blanchi des accusations de meurtre

[GARD align= »center »] La juge sud-africaine chargée du procès du champion paralympique Oscar Pistorius l’a blanchi des accusations de meurtre, estimant

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*