Madagascar: réunion des anciens et actuel présidents pour la réconciliation nationale

Madagascar: réunion des anciens et actuel présidents pour la réconciliation nationale
 [GARD align= »center »]
De haut en bas et de gauche à droite : Hery Rajaonarimampianina, Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy.|AFP

De haut en bas et de gauche à droite : Hery Rajaonarimampianina, Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy.|AFP

Les quatre anciens présidents malgaches et l’actuel chef de l’Etat se sont rencontrés vendredi pour la première fois afin d’entamer un processus de réconciliation nationale attendu depuis longtemps dans ce pays malmené par de nombreuses crises politiques, a constaté l’AFP.

L’objet précis des discussions, organisées à l’initiative du Conseil oecuménique des Eglises chrétiennes de Madagascar, n’a pas été rendu public. La réunion, à huis-clos, se poursuivait en début d’après-midi.

Les quatre anciens présidents Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, ainsi que l’actuel titulaire du poste Hery Rajaonarimampianina, sont arrivés successivement vendredi matin dans un hôtel proche de l’aéroport d’Ivato, à la périphérie d’Antananarivo.

Marc Ravalomanana, ancien président chassé du pouvoir en 2009 et assigné à résidence à Diego Suarez (nord) depuis son retour au pays en octobre, a été autorisé à assister à cette réunion, après une rencontre avec le président Rajaonarimampianina lundi dernier à Nosy Bé (nord).

Il est arrivé en hélicoptère, escorté par des militaires.

La réconciliation nationale est un des points inachevés de la feuille de route de sortie de crise signée en 2011 par les différents partis malgaches. Ce processus a pour but d’instaurer un climat d’apaisement entre les acteurs des crises politiques qui ont miné le pays depuis l’indépendance en 1960.

Hery Rajaonarimampianina, élu il y a un an, en avait fait une priorité de son mandat, et il a déjà rencontré ses prédécesseurs en tête-à-tête.

Il avait défendu à la présidentielle de 2013 les couleurs d’Andry Rajoelina, l’homme qui avait renversé Marc Ravalomanana en 2009, mais s’est depuis brouillé avec son mentor, au parti duquel il a notamment refusé le poste de Premier ministre.

Il n’est pas pour autant rallié à M. Ravalomanana, d’autant qu’il l’a fait arrêter peu après son retour au pays en raison, selon lui, de menaces de troubles à l’ordre public et pour la vie de l’ex-président.

Semblant remettre en cause la légitimité des autorités démocratiquement élues fin 2013, Marc Ravalomanana avait en effet déclaré devant des partisans, juste après être rentré de son exil sud-africain: J’étais président en exercice quand j’ai quitté le pays, maintenant que je suis de retour, le peuple malgache sait ce qu’il a à faire!

Ne soyez pas trop pressés, a relevé Hery Rajaonarimampianina mardi lors d’un point de presse, quand on lui demandait si Marc Ravalomanana pourrait rentrer chez lui bientôt.

Même s’il est revenu sur la Grande Ile, le statut juridique de Marc Ravalomanana n’a pas été éclairci.

Il a été condamné trois fois par contumace sous le régime d’Andry Rajoelina, notamment aux travaux forcés à perpétuité pour la mort de 36 partisans de M. Rajoelina abattus par sa garde en février 2009 devant le palais présidentiel, lors de la révolte qui l’a emporté.

L’ancien dirigeant dont certains Malgaches gardent la nostalgie –car sa présidence a coïncidé avec une des rares périodes de croissance économique qu’à connues le pays–, n’a jamais reconnu la valeur juridique des condamnations, estimant qu’elles avaient été prononcées par un tribunal fantoche en son absence.

Mais en juillet, il s’était dit prêt à comparaître devant une cour malgache pour répondre des accusations portées contre lui.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Madagascarprésidents

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Madagascar: au moins 34 morts dans un accident d’autocar

[GARD align= »center »] Au moins 34 personnes sont mortes dans l’accident d’un autocar qui transportait de jeunes fidèles protestants vers le

Madagascar, un cacao chic aux marges choc

[GARD align= »center »] Une charrette tractée par un zébu massif sort en cahotant de la forêt tropicale d’Ambanja, dans le nord

Le cyclone Enawo a tué au moins 50 personnes à Madagascar

[GARD align= »center »] Le cyclone Enawo a tué au moins 50 personnes à Madagascar et plus de 176.000 sont sinistrées depuis

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*