Malawi: La Corruption fait évaporer plus de 30 millions de dollars en six mois des finances publiques

Malawi: La Corruption fait évaporer plus de 30 millions de dollars en six mois des finances publiques

[GARD align= »center »]

Le problème de corruption au Malawi est plus sérieux qu’on ne le pense. Le rapport d’un audit publié lundi concernant le scandale de corruption qui secoue le pays avant les élections générales fait état de trente millions de dollars de finances publiques détournées au Malawi en seulement six mois.

Joyce Banda

La présidente du Malawi, Joyce Banda

Le problème de corruption au Malawi est plus sérieux qu’on ne le pense. Le rapport d’un audit publié lundi concernant le scandale de corruption qui secoue le pays avant les élections générales fait état de trente millions de dollars de finances publiques détournées au Malawi en seulement six mois.

« Quelque 6,1 milliards de kwachas (15 millions de dollars) se sont évaporés entre le 1er avril et le 30 septembre 2013 directement à cause de malversations. Le reste de l’argent a disparu en virements non étayés, mauvais approvisionnement et surfacturations», a précisé le ministre des Finances Maxwell Mkwezalamba, se basant sur les premiers résultats de l’audit lancé mi-janvier.

L’audit du cabinet britannique Baker Tilly doit contribuer à restaurer la confiance des bailleurs de fonds étrangers mais aussi celle des électeurs avant les élections présidentielle et législatives du 20 mai. Le rapport de l’audit précise que les chiffres sont susceptibles d’évoluer parce que plusieurs dossiers sont examinés et que l’investigation se poursuit.

« Nous encourageons les donateurs internationaux à continuer à soutenir cette supervision et l’enquête en cours afin d’obtenir des condamnations, et si possible, des réparations », peut-on lire dans le rapport.

Pour le cabinet qui a réalisé l’audit, les manques de contrôle significatifs et un défaut d’application des contrôles existants sont les facteurs clés ayant contribué à ces échecs, et au vol et à l’appropriation frauduleuse des fonds publics. « Un certain nombre des auteurs suspectés (de la fraude) ont exploité les faiblesses du système grâce à leur collusion », indique le cabinet. Le ministre des Finances Maxwell Mkwezalamba a pour sa part déclaré que le gouvernement va éviter que la situation ne se répète. Pour ce faire une opération de nettoyage va avoir lieur pour qu’un grand coup de balai soit donner pour faire table rase.

Le premier des procès pour cette affaire sans précédent a débuté fin janvier. Le scandale a éclaté en octobre 2013, entraînant la suspension de 150 millions de dollars d’aide extérieure.

Les réformes entreprises depuis son élection par la présidente Joyce Banda ont cependant été approuvées par le Fonds monétaire international (FMI) qui a accordé en janvier un crédit de 20 millions de dollars. Même si Joyce Banda est en posture difficile pour les élections, elle continue les réformes. En octobre quatre ministres dont ceux des Finances et de la Justice avaient été remerciés.

[GARD align= »center »]

Le ministre de la justice a même été arrêté en lien avec l’enquête sur la tentative d’assassinat d’un haut fonctionnaire anti-corruption. D’autres responsables du parti de la présidente sont impliqués dans le scandale. La grande responsabilité de la corruption est mise au dos de l’administration de l’ancien président Bingu wa Mutharika, décédé en avril 2012. Décès à la suite duquel Joyce Banda a été élue pour la magistrature suprême.

© Oeildafrique.com

 

 


Tags assigned to this article:
corruptionMalawi

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 13 août 2016

[GARD align= »center »] Bongo: mes adversaires « n’ont aucune chance de gagner » l’élection Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a

Le sommet Francophonie confirmé à Kinshasa

La garantie en a été donnée lors de sa 85e session tenue le 28 juin à Paris, en présence du

39eme session de l’ Assemblée parlementaire de la francophonie : Parlement et construction de la nation

Le thème central de la 39eme session de l’ Assemblée parlementaire de la francophonie [AFP], « les parlements au cœur de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*