Mali: Après son one man show, le général Sanogo inculpé de « meurtres et assassinats » et écroué

Mali: Après son one man show, le général Sanogo inculpé de « meurtres et assassinats » et écroué

[wp_ad_camp_3]

Amadou Haya Sanogo

Amadou Haya Sanogo

Le général Amadou Sanogo aura été retissent à se présenter devant le juge d’instruction pour être écouté sur des faits graves qui se sont produits sous son égide dans le camp de Kati. Il a pendant quelques semaines défié la justice en évoquant soit des ennuis de santé soit son statut d’ancien Chef d’Etat malien. Mais son feuilleton a pris fin ce mercredi son interpellation dans la matinée par plusieurs dizaines de militaires maliens qui s’étaient rendus à son domicile du centre de Bamako pour procéder à son arrestation et le conduire devant le juge, dans une école de gendarmerie de la capitale malienne.

Son arrestation a été décidée par les plus hautes autorités de l’Etat malien. A la suite de son arrestation, une perquisition a été menée à son domicile par la justice qui recherchait des éléments pour faire avancer l’enquête sur des faits assez graves qui sont reprochés au général. Après quelques heures d’interrogatoire, on apprend cet après-midi que l’auteur du putsch de mars 2012 a été inculpé mercredi à Bamako de meurtres et assassinats.

[wp_ad_camp_2] 

Il est immédiatement détenu pour la suite du dossier. « Sanogo a été inculpé de meurtres et assassinats, complicité de meurtres et assassinats, et placé sous mandat de dépôt », confirme des agents du cabinet du juge d’instruction Yaya. Amadou Sanogo convoqué depuis fin octobre par le juge Karembe mais ne s’était pas présenté, ce qui avait provoqué l’indignation de plusieurs partis politiques et organisations de la société civile. Le général de Sanogo est accusé d’avoir commandité le meurtre de plusieurs militaires maliens dans les semaines qui ont suivi le putsch qui a destitué Amadou Toumani Touré.

Ces militaires, des bérets rouges pour la plupart avaient été jugés favorables à l’ancien président. En dehors de ces exécutions, Amadou Sanogo est accusé également du meurtre des protestataires de sa nomination comme général de l’armée malienne. Des faits graves et des exactions qui se sont passés dans le camp de Kati près de Bamako. En dehors des militaires, des hommes politiques, des journalistes et des membres de la société civile ont également été victimes des brutalités des putschistes. Plusieurs organisations internationales de défense de droit de l’homme comme Amnesty international oblige l’Etat malien à rendre justice pour toutes ces exactions.

Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
justicemalisanogo

Related Articles

Hugo Chavez continuera à soutenir « le gouvernement légitime » de la Syrie

Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé mardi qu’il continuerait à soutenir « le gouvernement légitime » de la Syrie dirigé par

Mozambique: Signature d’un accord de cessez-le-feu entre la Renamo et le gouvernement

 [GARD align= »center »] Dans la perspective des élections du 15 octobre prochain, le gouvernement mozambicain et la rébellion de la Renamo

Afrobasket 2013: l’Angola champion d’Afrique en battant l’Egypte en finale

Les Palancas Negras de l’Angola se sont imposés samedi soir, en finale de la 27ème édition de l’Afrobasket masculin après

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*