Mali : ATT bientôt devant les tribunaux maliens pour « haute trahison »

Mali : ATT bientôt devant les tribunaux maliens pour « haute trahison »

[wp_ad_camp_3]

ATT L`ancien président du Mali

L`ancien président du Mali

L’ancien Président malien renversé par le capitaine Amadou Sanogo sera poursuivi par l’Etat malien pour « haute trahison ». Dans un Communiqué du Gouvernement malien dont Oeildafrique.com a reçu copie, l’opinion publique malienne et l’opinion internationale sont informées que le gouvernement malien a saisi le siège de la Haute Cour de Justice depuis le 18 décembre 2013, « d’une dénonciation des faits susceptibles d’être retenus contre Amadou Toumani Touré, ancien Président de la République pour haute trahison.»

Les faits reprochés à l’ancien président concernent, entre autres : – D’avoir, en sa qualité de Président de la République du Mali, donc Chef Suprême des Armées, et en violation de du serment prêté, facilité la pénétration et l’installation des forces étrangères sur le territoire national, notamment en ne leur opposant aucune résistance, faits prévus et réprimés par l’article 33, al 2 du Code pénal ;

– D’avoir, au Mali, au moment des faits et en tant que Président de la République, donc Chef Suprême des Armées, détruit ou détérioré volontairement un outil de défense nationale, faits prévus et réprimés par l’article 34,al 2 du Code Pénal ;

-D’avoir, dans les mêmes circonstances de temps et de lieu que dessus, participé à une entreprise de démoralisation de l’armée caractérisée par les nominations de complaisance d’officiers et de soldats incompétents et au patriotisme douteux à des postes de responsabilité au détriment des plus méritants entrainant une frustration qui nuit à la défense nationale, faits prévus et réprimés par l’article 34, al 3 du Code Pénal ;

– De s’être, dans les mêmes circonstances de temps et de lieu que dessus, opposé à la circulation du matériel de guerre, faits prévus et réprimés par l’article 34, al 3-c du Code Pénal ;

– D’avoir, dans les mêmes circonstances de temps et de lieu que dessus, participé, en connaissance de cause, à une entreprise de démoralisation de l’armée, malgré la grogne de la troupe et des officiers rapportée et décriée par la presse nationale, faits prévus et punis par l’article 34,al 3-d du Code Pénal ;

– D’avoir, dans les mêmes circonstances de temps et de lieu que dessus, en tout cas, depuis moins de 10 ans, par imprudence, négligence ou inobservation des règlements laissé détruire, soustraire ou enlever, en tout ou partie, des objets, matériels, documents ou renseignements qui lui étaient confiés, et dont la connaissance pourrait conduire à la découverte d’un secret de la défense nationale, faits prévus et punis par l’article 39, al 2 du Code pénal.

Et au gouvernement maline d’indiqué que l’opinion sera informée en temps utile des développements ultérieurs de ce dossier. C’est dire que le nouveau pouvoir d’Ibrahim Boubakar Kéita, IBK pour les autres, est décidé à régler ses comptes pour Amadou Toumani Touré pour sa passivité à la tête du Mali et pour sa démocratie de conciliabule qui a permis aux jihadistes vaincus en Libye de venir s’établir bonnement dans le Nord de son pays sans aucune forme de résistance et sans pour autant donner l’ordre à son armée de contrer les actions terroristes de ces rebelles Touareg qui ont poussé trop loin le bouchon en demandant une indépendance du Nord Mali qu’il dénomme l’Azawad.

[wp_ad_camp_2]

Une situation qui a plongé le Mali dans plusieurs mois de crise sécuritaire avec des attentats et des représailles dans le Nord contre les civiles et qui a nécessité l’intervention française et le déploiement de la force africaine qui a été transformée plus tard en Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA).

Didier Assogba
Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
mali

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 9 juillet 2016

[GARD align= »center »] RDC: En exil médical forcé à Londres, l’opposant Moïse Katumbi est annoncé le 13 juillet à Washington En

Un nouveau savon miracle pour lutter contre le paludisme

Ils sont les nouveaux héros de la recherche scientifique en Afrique, Moctar Dembélé et Gérard Niyondiko deux jeunes africains ayant

La CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 18 ans de prison

[GARD align= »center »] La Cour pénale internationale a condamné mardi l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba à 18 années de prison pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*