Mali: le chef de l’UA déçu par le rapport de l’ONU

Mali: le chef de l’UA déçu par le rapport de l’ONU

Le président de l’Union Africaine Thomas Boni Yayi, le 26 octobre 2012 à Cotonou
© AFP/Archives Kambou Sia

Le président de l’Union Africaine Thomas Boni Yayi a estimé jeudi décevant le rapport de Ban Ki-moon au conseil de sécurité de l’ONU sur les risques d’une intervention militaire au Nord-Mali.

« De l’avis général (…) la teneur du rapport paraît relativement en deçà des attentes de l’ensemble du continent africain, » a déclaré jeudi Boni Yayi, le président béninois, dans une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU.

« Tout recul devant la nécessité d’envoyer en urgence la Force Internationale pour combattre le terrorisme au Nord Mali sera interprété comme l’expression d’une faiblesse » face aux terroristes, a-t-il poursuivi.

Dans un rapport adressé mercredi au Conseil de Sécurité, M. Ban a considéré qu’une intervention militaire dans le nord du Mali serait « sans doute nécessaire en dernier recours contre les plus extrémistes » d’entre eux, mais que « des questions fondamentales (..) restent en suspens ».

Une intervention armée « pourrait aussi risquer de ruiner toute chance d’une solution politique négociée à cette crise, qui reste le meilleur espoir d’assurer la stabilité à long terme au Mali », a ajouté M. Ban.

Le 11 novembre, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a approuvé l’envoi dans le nord du Mali, contrôlé par des groupes islamistes armés, d’une force militaire de 3.300 hommes soutenue sur le plan logistique par des pays occidentaux.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se prononcer en décembre sur cette intervention, en se fondant notamment sur le rapport de M. Ban. Des détails sur les préparatifs et le schéma opérationnel de cette force ont été transmis au Conseil.

Le 20 novembre, l’envoyé spécial de l’ONU au Sahel, Romano Prodi, avait jugé que tous les experts s’accordaient pour dire qu’une action militaire dans le nord du Mali ne serait pas possible avant « septembre 2013 ».

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
CEDEAOmalionuQaïdatroublesUA

Related Articles

Mali : le chef d’Aqmi appelle à imposer la charia « graduellement » dans le nord

Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussaab Abdelouadoud, donne une série de conseils à ses

Mali: le chef d’Ansar Dine fait son retour par une vidéo contre la France et ses alliés

[GARD align= »center »] Le chef du groupe Ansar Dine, une des formations islamistes chassées du nord du Mali par une intervention

Mali: le Premier ministre à Kidal, fief des rebelles touareg

[GARD align= »center »] Le Premier ministre malien Moussa Mara est arrivé samedi à Kidal, ville du nord du pays et fief

1 commentaire

Espace commentaire
  1. OZAKA
    OZAKA 1 décembre, 2012, 13:06

    Donc il existe des solutions politiques négociées à l’ONU?

    Ou bien la Cote d’Ivoire n’en avait pas droit en avril 2011?

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*