Mali: le président Touré doit être protégé et libre de choisir sa résidence

Mali: le président Touré doit être protégé et libre de choisir sa résidence

Président malien Amadou Toumani Touré

BAMAKO – La Cédéao souhaite que le président malien Amadou Toumani Touré renversé le 22 mars par des militaires soit protégé et libre du choix de sa résidence, a déclaré vendredi le ministre burkinabè Djibrill Bassolé, au nom de la médiation dans la crise malienne.

Nous avons (…) souhaité que le président Amadou Toumani Touré puisse être admis à retourner à la maison de son choix, et qu’il puisse bénéficier aussi de la sécurité par les forces de défense et de sécurité, a déclaré à la télévision publique M. Bassolé, au nom du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour la crise malienne.

Il s’exprimait à Kati (proche de Bamako), après un accord signé avec les putschistes et lu en intégralité par le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo.

Le 3 avril, au même endroit, le capitaine Sanogo avait annoncé que la junte envisageait des poursuites judiciaires contre Amadou Toumani Touré (dit ATT).

Compte tenu des éléments dont nous disposons, M. Amadou Toumani Touré pourrait être l’objet de poursuites judicaires pour haute trahison et malversation financière. Son dossier sera transmis aux autorités compétentes pour donner la suite appropriée, avait déclaré le capitaine Sanogo, sans plus de détails.

Le 28 mars, ATT avait affirmé à l’AFP qu’il n’était pas prisonnier.

Je suis bien à Bamako, et Dieu merci ma famille et moi nous nous portons tous bien, avait-il dit lors d’une courte conversation téléphonique avec un journaliste de l’AFP, rompant un silence médiatique observé depuis son renversement et qui avait suscité beaucoup d’interrogations sur son sort exact.

Auparavant, le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, avait assuré qu’il se portait bien et était en sécurité, sans donner aucune autre précision.

La France avait aussi indiqué que son ambassadeur à Bamako, Christian Rouyer, avait pu s’entretenir par téléphone avec le président ATT qui l’a rassuré sur son sort, sans autre commentaire. Et le chef de l’Etat ivoirien et président en exercice de la Cédéao Alassane Ouattara avait également indiqué lui avoir parlé, gardant, lui aussi, le secret sur sa localisation.

©AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
amadoubamakocapitaineprésidentsanogo

Related Articles

Débat Sarkozy – Hollande: l’affaire de l’hôtel Bristol

Lors du débat, François Hollande a accusé Nicolas Sarkozy d’avoir réuni les donateurs de l’UMP au luxueux hôtel Bristol à

Papa Wemba élèvé au grade de commandeur de l’ordre national Ivoirien

[GARD align= »center »] L’artiste congolais, Papa Wemba, a été élevé mercredi à Abidjan en qualité de commandeur de l’ordre national ivoirien,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*