Mali: l’UA obtient un cessez-le-feu signé par Bamako et trois groupes armés

Mali: l’UA obtient un cessez-le-feu signé par Bamako et trois groupes armés

[GARD align= »center »]

 Abdel Aziz et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keita

Le président mauritanien Abdel Aziz et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keita, à Bamako | AFP

Le gouvernement malien a signé vendredi soir un accord de cessez-le-feu, qui avait déjà été paraphé quelques heures auparavant par trois groupes armés présents dans le nord du Mali à l’issue de discussions avec le président de l’Union africaine (UA), a annoncé l’ONU

Le chef de la mission de l’ONU au Mali, Albert Gerard Koenders (dit Bert Koenders, NDLR) annonce qu’à 21H30 (locales et GMT) ce vendredi 23 mai 2014, un accord de cessez-le-feu a été signé entre le gouvernement du Mali et le MNLA, HCUA et le MAA, a déclaré la Minusma dans un communiqué reçu par l’AFP à Dakar.

Le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA, rébellion touareg), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA, formé par des dissidents d’un groupe jihadiste) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) sont les trois groupes armés dont le président en exercice de l’UA, le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, avait rencontré des représentants vendredi après-midi à Kidal (extrême nord-est), ville sous leur contrôle.

[GARD align= »center »]

Le cessez-le-feu est en entré en vigueur dès sa signature, ce qui a été le cas vers 16H30 par les groupes armés à Kidal, et vers 21H30 à Bamako par le gouvernement malien à travers le ministre malien de l’Intérieur, a précisé le président Aziz à l’antenne de la télévision publique malienne ORTM.

Ce qu’il (le président Aziz) a obtenu (…) est admirable, (…) un cessez-le-feu dont nous avons besoin, a comment son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, également à l’antenne de l’ORTM.

De violents combats ont opposé le 17 mai à Kidal les forces maliennes et les groupes armés, composés essentiellement de Touareg mais aussi d’Arabes et d’autres communautés présentes dans le Nord.

Les rebelles ont pris le contrôle de la ville, traditionnellement fief de Touareg, mais aussi de Ménaka (660 km au sud de Kidal), selon l’ONU, à l’issue de nouveaux affrontements meurtriers mercredi. Bamako avait déclaré un cessez-le-feu unilatéral dès mercredi soir.

Selon le communiqué de la Minusma, les différentes parties ayant signé l’accord ont convenu de la cessation des hostilités sur toute l’étendue du territoire national, de revenir à l’accord préliminaire du 18 juin 2013 qu’elles ont signé à Ouagadougou pour une reprise immédiate des négociations avec le soutien des Nations unies et ses partenaires régionaux et internationaux.

[GARD align= »center »]

Bamako et les groupes rebelles ont également convenu de la libération des prisonniers dans les meilleurs délais, de faciliter les opérations humanitaires des Nations unies et autres partenaires humanitaires, et de respecter les principes de droit humanitaire en vigueur, a ajouté la Minusma.

Ils sont enfin tombés d’accord sur la mise en place d’une commission internationale d’enquête relative aux événements survenus, en commençant par Kidal, a-t-elle indiqué.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
bamako

Related Articles

Le rendez-vous manqué d’Air Afrique

L’Afrique est le continent des rendez-vous ratés. Et l’on a l’impression qu’un mauvais sort s’acharne surle continent. Mais, à vrai dire, faut-il parler de

Côte d’Ivoire : au village de Simone Gbagbo, une statue de la Vierge Marie pleure des larmes de sang

Plusieurs témoins affirment avoir vu une statue de la Vierge Marie pleurer des larmes de sang, dans la paroisse Notre-Dame-de-Padoue

Barack Obama: « Est-ce qu’ils emploient des ouvriers africains? »

A Prétoria, lors d’une conférence de presse Barack Obama a engagé les Africains à davantage de prudence à l’égard des

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*