Mali : Sanogo défie la justice, des partis politiques s’indignent

Mali : Sanogo défie la justice, des partis politiques s’indignent
capitaine Amadou Sanogo

L’ex capitaine de l’armée malienne, Amadou Sanogo

L’ex-capitaine de l’armée malienne, Amadou Sanogo devrait se présenter devant le juge d’instruction de Bamako ce mercredi pour être interrogé sur des faits « graves ». Mais l’auteur du putsch de mars 2012 a refusé de répondre à la convocation du juge. Cette situation n’est pas sans offusquer plus d’un à Bamako. En effet, le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR), coalition de partis qui s’étaient opposés au coup d’Etat de mars 2012 au Mali, a déclaré ce mercredi sont indignation face au comportement de Amadou Sanogo qui se croit au dessus de la loi malienne.

C’est depuis fin octobre que le juge d’instruction du tribunal de première instance de Bamako a convoqué l’auteur du coup d’Etat de tous les problèmes pour le Mali pour l’écouter sur des exactions que ses hommes ont commis suites aux contestations qui ont suivies sa promotion au rang de général. Mais le général Amadou Sanogo ne veut toujours pas se présenter devant le juge.

« Depuis plusieurs semaines, le capitaine Sanogo multiplie les manœuvres dilatoires pour ne pas s’expliquer sur les graves crimes commis à Kati du temps où il y régnait en maître absolu. Un jour, il est malade, un autre jour, il est soi-disant un ancien chef d’Etat.», note le FDR dans un communiqué. Le FDR qui se dit choqué par la complaisance que manifeste le gouvernement à l’égard du capitaine Sanogo qui donne l’impression d’être intouchable.

« De quelles protections bénéficie le capitaine Sanogo pour narguer et défier la justice du Mali? Pourquoi le gouvernement est-il impuissant à faire comparaître devant la justice un homme soupçonné d’avoir commis, ordonné ou couvert des graves violations des droits de l’Homme ? », se demande la coalition contre le coup d’Etat de Sanogo qui ajoute que « ceux qui, par leur inaction, cherchent à le soustraire à la justice prennent une lourde responsabilité devant le peuple malien et devant l’opinion internationale ».

Le juge d’instruction cherche à écouté le général Sanogo sur les graves violations de droits de l’homme qui ont été notées au Camp de Kati, son ancien quartier général près de Bamako. En effet, la caserne de Kati a été, selon des organisations de défense des droits de l’Homme, le lieu de nombreuses exactions commises par les hommes de Sanogo contre des militaires considérés comme fidèles au président renversé, Amadou Toumani Touré.

Des hommes politiques, des journalistes et des membres de la société civile ont également été victimes des brutalités de Sanogo et de ses hommes. Aussi avait-on noté des morts militaires aux lendemains des protestations contre sa promotion au grade de général. Tout ceci constitue des faits graves auxquels doit répondre le promu général de l’armée malienne.

Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
justicemalisanogo

Related Articles

Richard Hitt, le pilote américain de Compaoré, cité dans une affaire d’évasion fiscale

[GARD align= »center »] Richard Hitt, le pilote américain de l’ancien président burkinabè Blaise Compaoré, est cité dans une affaire d’évasion fiscale,

« J’ai vu la mort en face »: des Malawites fuient l’Afrique du Sud

« J’ai vu la mort en face », a témoigné l’une des Malawites de retour dans son pays après les émeutes xénophobes

Togo : lente évolution de l’Indice de développement humain, selon le rapport 2015

[GARD align= »center »] Le rapport national sur le développement humain (RNDH) 2014 du Togo, produit avec le concours du Programme des

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*