Mali: des soldats tchadiens accusés de viols

Mali: des soldats tchadiens accusés de viols

À Gao, des soldats tchadiens de la Minusma sont accusés d’abus sexuels et de mauvaise conduite. Une enquête a été lancée par la mission onusienne pour déterminer les faits et réunir des éléments de preuve.

Dans une déclaration rendue publique par son porte-parole, le secrétaire général de l’ONU a affirmé avoir une politique de tolérance zéro pour toute forme d’abus et d’exploitation sexuels. Ban Ki-moon a promis de tout mettre en œuvre pour qu’une enquête rigoureuse soit ouverte et, le cas échéant, « que des comptes soient rendus ».

Une femme dit avoir été violée dans la nuit du 19 au 20 septembre par des Casques bleus tchadiens. Elle a été entendue et a reçu une assistance médicale : elle a même été en mesure de reconnaître quatre de ses agresseurs présumés.

Les faits se seraient déroulés dans l’une des auberges de la ville où les Casques bleus tchadiens étaient venus faire la fête. Ces quatre militaires faisaient partie du groupe de 160 soldats à avoir quitté leur base de Tessalit en signe de protestation contre le non-paiement de primes et l’absence de relèves. Ils avaient rejoint Gao où ils devaient rencontrer des responsables de l’état-major tchadien.

De son côté, la Minusma affirme avoir très vite réagi pour prendre en charge la victime et préserver les preuves.

La Minusma a pour mission de stabiliser les centres urbains essentiels, particulièrement dans le Nord, et empêcher un retour d’éléments armés dans ces zones. Les Casques bleus doivent aussi protéger les civils et le patrimoine culturel tout en contrôlant le respect des droits de l’Homme.

C’est en avril dernier que le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé la création d’une force de 12 600 Casques bleus chargés de maintenir la paix dans le nord du Mali. Ils ont été déployés au mois de juillet.

Ce n’est pas la première fois que les casques bleus de l’ONU sont accusés de viol dans des pays ou ils interviennent. Et pour ce cas-ci, une enquête a été ouverte, affirme le porte-parole de la Minusma, Olivier Salgado :

« On est en train de finir cette enquête. Le pays contributeur de ces troupes est en train d’être officiellement informé de ces incidents et c’est à lui d’enquêter sur cette affaire et d’assurer que des sanctions disciplinaires ou judiciaires seront appliquées si les faits sont avérés. »

Il ajoute : « Bien évidemment, la Minusma offrira tout le soutien nécessaire au pays contributeur de troupes dans l’action qu’il jugera opportune en cas de vérification des allégations. »

La Minusma a pris le relais de la Misma (force panafricaine) actuellement sur le terrain.

(Photo d’archive utilisée juste a titre d’illustration)


Tags assigned to this article:
maliTchad

Related Articles

Guillaume Soro: « Je suis un homme de mission pas un homme de démission »

[GARD align= »center »] Le président de l’Assemblée Nationale de la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro a tenu ce vendredi lors de la

RDC : le gouvernement promet de sanctionner les militaires ayant des rapports avec les FDLR

Le gouvernement va sanctionner les éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) qui seraient entrés en contact avec les

Soudan: libération des premiers détenus politiques après une amnistie

Khartoum a libéré mardi six détenus politiques, les premiers au lendemain d’une amnistie annoncée par le président soudanais Omar el-Béchir

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*