Mandela le dernier leader de l’humanité s’en est allé

Mandela le dernier leader de l’humanité s’en est allé

 [wp_ad_camp_3]

Nelson Mandela

Nelson Mandela

Un grand arbre vient de tomber sur le continent. Une icône de toute une génération et un homme qui a été un modèle durant toute sa vie vient de tirer sa révérence. Cet homme n’est autre que Nelson Mandela, le héros de la lutte contre l’Apartheid et premier président noir de l’Afrique du Sud. Nelson Mandela s’est éteint ce jeudi 5 décembre, à l’âge de 95 ans. Hospitalisé quatre fois en l’espace de six mois, Nelson Mandela était apparu extrêmement affaibli lors de ses dernières sorties publiques.

C’est l’actuel président sud africain, Jacob Zuma qui a annoncé la nouvelle vers 20h45 GMT. « Notre cher Madiba aura des funérailles d’Etat », a-t-il ajouté après avoir annoncé qu’il n’est plus. Jacob Zuma annonce que les drapeaux seraient en berne à partir de vendredi et jusqu’aux obsèques. La lutte historique et sans relâche de Mandela contre l’apartheid a fait de lui un héros en Afrique du Sud et un symbole de paix dans le monde entier.

Ses actions pacifiques contre la ségrégation raciale et pour l’établissement d’une démocratie sud-africaine lui ont valu de recevoir le prix Nobel de la paix, en 1993. Condamné à perpétuité. Arrêté en 1962 puis emprisonné dans le fort de Johannesburg, Mandela est A propos de Nelson Mandela ! C’est à 25 ans que Nelson Mandela a rejoint les rangs du Congrès national africain (ANC), un parti qui défendait les intérêts de la majorité noire contre la minorité blanche. Son zèle et sa détermination dans la lutte le feront condamner à la réclusion à perpétuité en 1964 pour sédition et échappe de peu à la peine de mort.

En prison, Mandela aura fait en tout et pour tout 27 ans. Il a effectué des travaux forcés à longueur de journée, dans une carrière de chaux, où il casse des cailloux. Exposé au soleil et à la poussière pendant des années, Mandela y voit sa santé se détériorer. En prison où les lois de la ségrégation sont appliquées, Mandela continue la résistance et cherche à pénétrer l’âme de ses ennemis afrikaners, étudiant leur histoire et leur langue, dans le but d’établir un dialogue avec eux. « Quand j’ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission: libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur », a-t-il expliqué à ce sujet.

 [wp_ad_camp_2] 

De l’autre côté son emprisonnement lui confère une notoriété internationale ; ce qui a conduit l’Assemblée des Nations unies déclare l’apartheid crime contre l’humanité en 1971. La pression locale et mondiale exercée sur le gouvernement sud-africain a fini par payer. L’homme a été libéré le 11 février 1990. La levée de l’interdiction de l’ANC est également annoncée par le président sud-africain Frederik de Klerk. Nelson Mandela sera élu Président de l’Afrique du Sud en 1994, après la large victoire de son parti aux premières élections générales multiraciales.

Il préside ainsi le premier gouvernement non racial du pays, composé d’une coalition entre l’ANC, le Parti national et le parti zoulou Inkatha Freedom Party, et prône la réconciliation entre les races. 5 ans après, Nelson Mandala a refusé de briguer un second mandat et quitte son poste en 1999, préférant s’éloigner de la vie politique pour se consacrer à ses proches et à sa fondation. « Mandela est une icône mondiale de la réconciliation. Dès l’annonce de sa disparition, plusieurs personnalités du monde lui ont rendu des hommages.

Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
nelson mandela

Related Articles

CPI : Thomas Lubanga condamné à 14 ans de prison

  LA HAYE  – La Cour pénale internationale (CPI) a condamné mardi à 14 ans de prison l’ancien chef de

Afrique du Sud: démission du PDG de la compagnie national d’électricité

[GARD align= »center »] Le patron de la compagnie nationale d’électricité sud-africaine Eskom, récemment mis en cause dans un rapport officiel sur

L’hôtel particulier de la famille Obiang saisi à Paris

Les ennuis français du fils du président équato-guinéen s’accumulent dans l’affaire des « biens mal acquis »: cible d’un mandat d’arrêt international,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*