Manifestations à Ouagadougou: «une marche de rue n’a jamais retiré une loi», selon Blaise Compaoré

Manifestations à Ouagadougou: «une marche de rue n’a jamais retiré une loi», selon Blaise Compaoré

Le Président Blaise Compaoré du Burkina Faso, a estimé mardi à Yamoussoukro (242 km, au Nord de Yamoussoukro), qu’une  » marche de rue n’a jamais retiré une loi », en réaction aux récentes manifestations organisées par l’opposition burkinabè dénonçant la création du Sénat.
Compaoré s’exprimait à la fin de la 3ème Conférence de Sommet sur le Traité de la coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Des milliers de personnes, à l’appel de l’opposition politique, ont marché, dimanche à Ouagadougou, contre la création du Sénat.

L’opposition accuse le régime du Président Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987, de vouloir modifier grâce au Sénat, l’article 37 de la Constitution qui interdit à M. Compaoré d’être candidat au-delà de 2015.

Blaise Comparé a fait la genèse de la création du Senat qui divise, en ce moment, la classe politique burkinabè.

« Le Sénat n’est pas mon invention. Il est apparu nécessaire que pour faire participer tout le monde à la vie de la Nation, d’opérer certaines réformes. C’est ainsi qu’il y a eu un forum regroupant toutes les couches socioprofessionnelles y compris les chefs traditionnels pour réfléchir sur ces réformes », a indiqué M. Compaoré.

« Tout ce que j’ai recommandé aux participants dudit forum, c’est le consensus. Je leur ai dit que le projet
qui n’aura pas le consensus ne sera pas retenu. A la fin des travaux, le Sénat a rencontré l’adhésion de tous. C’est ainsi que le projet de loi a été déposé sur la table des Députés en juillet 2012 » a rappelé le Chef de l’Etat burkinabé.

Avec APA


Tags assigned to this article:
Burkina Fasopolitique

Related Articles

Et pourquoi pas un africain à la tête du FMI ?

Pravin Gordhan, ministre sud-africain des Finances verrait bien les pays du Sud à la tête du FMI. © AFP La démission

Burkina Faso: Kafando lève la suspension du parti de Compaoré

 [GARD align= »center »] Au cours de son adresse à la nation, le 31 décembre 2014, le président burkinabè, Michel Kafando a

Madagascar: Paris ne reconnaîtra pas l’élection si les candidats contestés se maintiennent

La France ne reconnaîtra pas le résultat de l’élection présidentielle malgache si les trois candidats contestés persistent à y concourir,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*