Le Maroc accueillera une «ville industrielle» chinoise

[GARD align= »center »]

Le roi Mohammed VI (c) et Li Biao, président du groupe chinois Haite, lors du lancement d'un projet d'investissement industriel chinois au Maroc, le 20 mars 2017 au Palais Royal, près de Tanger | AFP | FADEL SENNA

Le roi Mohammed VI (c) et Li Biao, président du groupe chinois Haite, lors du lancement d’un projet d’investissement industriel chinois au Maroc, le 20 mars 2017 au Palais Royal, près de Tanger | AFP | FADEL SENNA

Le Maroc a signé une convention avec le groupe chinois Haite pour l’édification d’une « ville industrielle » près de Tanger (nord), qui accueillera quelque 200 compagnies chinoises et devrait créer des milliers d’emplois.

Au cours d’une cérémonie présidée par le roi du Maroc, lundi au palais de Tanger, les autorités marocaines ont signé une convention avec le groupe Haite, basé à Chengdu (centre de la Chine), et présenté les grandes lignes de cette future « Cité Mohammed VI Tanger Tech », a constaté un vidéaste de l’AFP.

Erigé sur 2.000 hectares et porté par la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Haite et le groupe marocain BMCE Bank, ce vaste projet fait suite à un mémorandum d’entente signé en mai 2016 au cours d’une visite officielle de Mohammed VI à Pékin.

Mobilisant une enveloppe d’un milliard de dollars (930 millions d’euros), il consiste en « la construction d’un pôle économique capable de générer 100.000 emplois, dont un minimum de 90.000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger », selon la présentation officielle.

« Les opérateurs économiques chinois sont à la recherche de plateformes compétitives. Et ils ont choisi le Maroc comme l’une de ces plateformes », s’est réjoui dans une déclaration à l’AFP le ministre de l’Industrie Moulay Hafid El Alamy.

« Le premier coup de pioche sera donné durant le deuxième semestre de 2017 » et l’édification de cette cité chinoise devrait durer 10 ans, a-t-il ajouté.

Selon la présentation officielle, la « Cité Mohammed VI Tanger Tech » accueillera 200 compagnies chinoises opérant dans la construction automobile, l’industrie aéronautique ou encore le textile.

« L’investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra 10 milliards de dollars » (9,3 milliards d’euros), a annoncé Li Biao, président du groupe chinois, cité par l’agence de presse officielle marocaine MAP.

Le Maroc mène ces dernières années une politique d’industrialisation dynamique, notamment à Tanger, ville d’un million d’habitants qui abrite aujourd’hui plusieurs parcs industriels.

Le secteur automobile y est particulièrement développé, notamment depuis l’implantation sur une zone franche d’une usine Renault, la plus grande d’Afrique.

En septembre dernier, l’avionneur américain Boeing avait annoncé la création d’une zone industrielle spécialisée pour ses sous-traitants, dans la même région.

Porte du Maroc vers l’Europe, l’Atlantique et la Méditerranée, Tanger se veut un hub industriel depuis la création d’une zone franche et d’un port en eaux profondes (TangerMed).

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
ChineéconomieMaroc

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Maroc: Le harcèlement sexuel sera bientôt sévèrement puni par la loi

Le Maroc a décidé de lutter contre le harcèlement sexuel. Le royaume chérifien ne veut plus laisser impunis les actes

Maroc: Une cellule terroriste très active dans le recrutement de jihadistes démantelée

[GARD align= »center »] Les services de sécurité marocains ont démantelé vendredi une cellule terroriste, qui s’activait dans les villes de Laroui

Egypte: la justice ordonne le retour de l’ex-Procureur limogé par Morsi

La cour d’appel du Caire a ordonné mercredi l’annulation du limogeage par le président Mohamed Morsi de l’ancien Procureur général

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*