Alerte Infos

Maroc : Manifestation prévue jeudi contre les crimes racistes

Maroc : Manifestation prévue jeudi contre les crimes racistes

 [GARD align= »center »]

Des étudiants africains manifestent à Rabat contre le racisme, le 19 juillet 2007. ©AFP| Archives

Des étudiants africains manifestent à Rabat contre le racisme, le 19 juillet 2007. © AFP | Archives

Le récent meurtre du sénégalais Charles N’Dour a fait réagir de nombreuses associations de défense des droits de l’homme présentes au Maroc. Elles organisent un sit-in devant le Parlement à Rabat ce jeudi 11 septembre et réclament l’arrêt des crimes racistes et des expulsions de subsahariens.

Charles N’Dour. Ce nom désormais tristement célèbre au Maroc est celui d’un jeune immigré sénégalais assassiné à l’arme blanche le 30 août dernier à Tanger. Il est aujourd’hui le symbole du calvaire que vivent des milliers de migrants subsahariens victimes de xénophobie au royaume de Mohammed VI. C’est pour lutter contre ce racisme ordinaire source de drames comme celui du jeune Charles N’Dour que des associations de défense des droits de l’homme ont appelé à la mobilisation ce jeudi 11 septembre à 18h00 devant le Parlement de Rabat. Au moyen d’un communiqué, l’association ATTAC Maroc, ainsi que d’autres ligues comme l’Association des Réfugiés sans Frontières (Cameroun) ou encore SOS Migrants (Belgique), a annoncé son intention de faire « halte aux crimes racistes et à l’expulsion des migrants ». Selon Lucile Dumas, chargée de la question migratoire de l’association ATTAC Maroc, le but de la manifestation est de « dénoncer la banalisation de ces crimes racistes et le traitement réservé aux migrants par les autorités marocaines ».

Deux jours après l’agression du jeune Charles, un cortège des manifestants composé à grande majorité de migrants a investi les rues pour dénoncer les crimes odieux perpétrés contres les subsahariens. Vingt-six d’entre eux avaient été arrêtés puis jugés en urgence en moins de 72 heures avant d’être condamnés à un mois de prison avec sursis et une amende de 1000 DH. Leur calvaire ne s’est cependant pas arrêté là. Vingt des condamnés ont été expulsés tandis que les six autres sont restés prisonniers dans les sous-sols de l’aéroport Mohammed V à Casablanca. Après avoir entamé une grève de la faim, ils ont finalement été libérés évitant ainsi leur expulsion. Indignée, Lucile Dumas exhorte le Roi Mohammed VI à « mettre en œuvre la nouvelle politique migratoire sur laquelle il ne cesse de communiquer ». « Il est grand temps d’en appliquer les dispositions » a t-elle indiqué sur Médias24.com.

En effet, selon le communiqué d’ATTAC Maroc, la campagne de régularisation des sans-papiers lancée en janvier dernier « n’a permis qu’à très peu de migrants, à ce jour, d’obtenir des titres de séjour ».
En 2013, six migrants subsahariens ont été victimes d’agressions à caractère raciste ou de bavures policières. Parmi eux, Alain Toussaint, un congolais qui a succombé à une chute d’un fourgon de la police en mouvement.

Marie Hélène SYLVA
© OEIL D’AFRIQUE

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
Maroc

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Syrie: pour Macky Sall, "la France n'est pas seule"

Le président sénégalais Macky Sall a affirmé, samedi à Nice, que la France « n'était pas seule » sur le dossier syrien,

Tchad: une dizaine de policiers arrêtés après la répression d’une manifestation

Une dizaine de policiers ont été arrêtés à N’Djamena dans le cadre d’une enquête ouverte après la mort d’au moins

Élections en RDC : une dizaine de morts à Lubumbashi

Le Congo-Kinshasa a commencé à voter lundi, entre immense défi logistique et crainte des violences. Au moins cinq personnes ont

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*