Maroc : pourquoi la police royale traque les migrants subsahariens à Tanger

Maroc : pourquoi la police royale traque les migrants subsahariens à Tanger
Le 2 juillet, après un ultimatum de 24 heures adressé par le ministère de l'Intérieur, les forces de police ont ivesti le quartier de Boukhalef, à Tanger, pour une vaste opération d'expulsion de migrants subsahariens.|AFP

Le 2 juillet, après un ultimatum de 24 heures adressé par le ministère de l’Intérieur, les forces de police ont ivesti le quartier de Boukhalef, à Tanger, pour une vaste opération d’expulsion de migrants subsahariens.|AFP

A Tanger dans le royaume du Maroc, la police appuyée par des civils, a délogé, cette semaine, des immeubles qu’ils occupaient, des centaines de migrants d’origine subsaharienne. Plusieurs d’entre eux se sont réfugiés dans une église, selon Radio France internationale. Mais la prochaine visite de Mohamed VI dans cette région semble être à l’origine de la traque aux migrants africains.  

«Tanger s’apprête à accueillir le Roi Mohammed VI». C’est le titre de l’article du site marocain d’informations Le360. A Tanger, les artères de la ville sont embellies, les chaussées rénovées, les carrefours agrandis, les espaces verts réaménagés et l’éclairage public modernisé, selon Le360. Qui ajoute: «Tanger se métamorphose et s’embellit à l’approche de la visite royale prévue après l’Aïd Al-Fitr», fête musulmane marquant la fin du ramadan.

C’est dans ce contexte des préparatifs de la visite du Roi à Tanger que la police marocaine fait le ménage dans la ville, si on sait tout le culte voué au Roi dans le royaume chérifien. Toutefois, vouloir entièrement faire de Tanger une Colombe blanche, ferait craindre à des actes de racisme, comme l’a d’ailleurs évoqué Rfi:

«Si certains ont été mis à la porte de leur logement par la police, d’autres réfugiés ont été victimes ces jours-ci du racisme soit de leurs voisins, soit d’autres habitants de Tanger qui ont profité des opérations menées par les autorités pour s’en prendre à eux».

Mais, Le360  indique que le calme et la sérénité sont enfin revenus aux différents lieux des incidents entre riverains et Subsahariens. Malgré tout, la restriction et la peur demeurent. «Les immigrés sont les bienvenus mais ils doivent respecter les lois et règlements de la cohabitation», a déclaré au Le360 Lahcen Barki, un épicier de ce quartier de 10.000 habitants.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
MarocMigrantssubsahariensTanger

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Libye: Seif al-Islam comparaît à son procès par vidéoconférence

[GARD align= »center »] Seif al-Islam, l’un des fils de l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a comparu dimanche par vidéoconférence devant la cour

Libye: 17 morts dans des combats à Benghazi

[GARD align= »center »] Au moins dix-sept personnes ont été tuées en vingt-quatre heures dans les affrontements opposant à Benghazi les militaires

Libye: le chef de la police militaire abattu à Benghazi

Le chef de la police militaire libyenne a été tué vendredi par balles à Benghazi, dans l'est de la Libye,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*