Le Maroc rappelle son ambassadeur à Alger. Les Raisons.

Le Maroc rappelle son ambassadeur à Alger. Les Raisons.

Drapeau maroc et algerie

Encore une fois la forte chaleur du pétrole sahraoui a fait grimper la température entre l’Algérie et le Maroc, les deux géants du Maghreb. Les deux faux amis trainent toujours avec eux  la même pomme de discorde, le Sahara occidental.

« L’Algérie prend note avec regret de la décision injustifiée de Rabat de rappeler son ambassadeur à Alger, pour protester contre des propos du président Abdelaziz Bouteflika sur le Sahara occidental », a-t-il indiqué jeudi 31 octobre, le ministère algérien des Affaires étrangères. Jugeant provocateur le discours de Abdelaziz Bouteflika lu par le ministre algérien des affaires étrangères lundi 28 octobre dernier, le royaume chérifien a tout simplement rappelé son ambassadeur en poste en Algérie. Un fâcheux précédent diplomatique pour les deux voisins.

Le Sahara occidental, c’est ce territoire riche en pétrole et en minerais annexé de force par le Maroc depuis 1975. Un territoire vaste de 266000 km2 situé en bordure de la province marocaine de Tarfaya au nord et au nord-est de l’Algérie. La volonté des acteurs du front polisario, mouvement politique pour l’indépendance de ce territoire, s’est toujours heurtée au refus du Royaume marocain. Le royaume voudrait ce territoire, comme une chasse gardée pour lui.

L’Algérie pour sa part, soutient les séparatistes sahraouis, le Polisario. Et pour cause, à défaut de récupérer ce territoire et l’exploiter, l’Algérie envisage avoir un accès sur l’océan atlantique au cas où un Etat sahraoui venait à voir le jour. Ainsi, la frontière Maroc-Algérie est fermée. La guerre froide entre l’Algérie et le Maroc vieille des années de la colonisation en raison d’un mauvais tracé, se poursuit.

Ce territoire non autonome selon les nations unies, suscitent autant d’enjeux stratégiques. Cet autre incident va-t-il créer la levée de bouclier entre des voisins dont l’histoire n’a pas toujours été un fleuve tranquille. La guerre du désert en perspective. Ah ! Pétrole quand tu nous tiens.

Jonas Saraka
Abidjan-Oeildafrique.com

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
algerieMaroc

Related Articles

Egypte : Les Etats-Unis renouent la coopération afin de s’appuyer sur un allié stratégique

[GARD align= »center »] Le A pour les « libertés » de la part du président Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l’armée ayant destitué

Egypte: le général Abdel Fattah al-Sissi n'exclut pas de se présenter à la présidentielle

Le général Abdel Fattah al-Sissi, le nouvel homme fort de l'Egypte qui avait destitué le président islamiste Mohamed Morsi il

La CPI opposée aux amnisties pour des crimes commis par les anti-Kadhafi

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a demandé instamment mercredi au nouveau gouvernement libyen de ne

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*