Mazda Demio, l'Afrique attendra 2012

Mazda Demio, l'Afrique attendra 2012

Le 20 octobre dernier le PDG de Mazda, Takashi Yamanouchi avait fait sensation en présentant à Tokyo sa nouvelle citadine ultraéconome.  Demio et le pick-up BT-50 sont les noms des voitures que la firme de Hiroshima à prévu de commercialiser dès 2011 à Tokyo. Demio sera vendu à 14 100 euros.
Mais les automobilistes africains devront patienter avant de pouvoir la tester. Si sa commercialisation est prévue pour 2011 à Tokyo, le Maghreb et l’Afrique du Sud devront attendre au moins jusqu’à 2012. Quant au reste du continent, il n’en est pas encore question.

La nouvelle petite citadine Demio (Mazda2 en Afrique) pourra rivaliser avec les meilleures voitures hybrides. Il suffira d’un litre d’essence pour  parcourir 30 km, soit une consommation 30 % inférieure à celle d’une motorisation classique.

Mêmes regrets pour la version largement remaniée du pick-up BT-50, présentée le 18 octobre au Salon international de l’automobile de Sydney. Doté d’un design relooké, il ne devrait pas arriver dans les concessions africaines avant octobre 2011, alors que l’actuel BT-50 est le modèle le plus vendu de Mazda au sud du Sahara.

Source


Tags assigned to this article:
afriqueautomobilecitadinedemiomarketiingmazda

Related Articles

Mauritanie: Maty Mint Hamady, première femme élue pour la maire centrale de Nouakchott

[GARD align= »center »] La nouvelle présidente de la Communauté urbaine de Nouakchott (mairie centrale) est une femme en la personne de

La "Faillite" de la Libye de Mouammar KADHADI ou celle d'une Afrique se voulant "libre" ?

Par PATRICK MBEKO Comment en sommes-nous arrivés là? Près de soixante mille morts, des milliers de civils blessés, des infrastructures

CPI: le procureur veut un nouveau procès contre l’ex-milicien congolais Ngudjolo

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé qu’un nouveau procès soit organisé contre l’ancien chef de milice

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*