Mission de la Cédéao pour forcer le départ du président gambien

[GARD align= »center »]

Les Gambiens fêtent l'investiture du nouveau président, Adama Barrow, à Banjul, capitale de la Gambie. Des dirigeants de pays membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) sont attendus vendredi à Banjul pour une mission de la dernière chance visant à convaincre le président Yahya Jammeh de quitter pacifiquement le pouvoir. /Photo prise le 19 janvier 2017/REUTERS/Afolabi Sotunde

Les Gambiens fêtent l’investiture du nouveau président, Adama Barrow, à Banjul, capitale de la Gambie. /Photo prise le 19 janvier 2017/REUTERS/Afolabi Sotunde

Des dirigeants de pays membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sont attendus vendredi à Banjul, capitale de la Gambie, pour une mission de la dernière chance visant à convaincre le président Yahya Jammeh de quitter pacifiquement le pouvoir.

Des troupes de la Cédéao, conduites par le Sénégal et le Nigeria, sont entrées jeudi en territoire gambien à la demande du nouveau président Adama Barrow qui a été investi à l’ambassade de son pays à Dakar.

La Cédéao a donné à Jammeh, au pouvoir depuis 1994, jusqu’à vendredi midi pour quitter ses fonctions après sa défaite lors de l’élection présidentielle du 1er décembre.

La capitale, Banjul, était calme vendredi matin alors que des centaines de Gambiens ont fêté l’investiture de Barrow et salué l’entrée de troupes sénégalaises et nigérianes.

Marcel de Souza, chef de la commission de la Cédéao, a indiqué que le président guinéen Alpha Condé devait se rendre à Banjul accompagné par ses homologues de Mauritanie et du Libéria pour convaincre Jammeh de venir en Guinée avant de choisir un pays d’exil.

« Il est hors de question qu’il demeure en fonction », a déclaré Marcel de Souza.

Environ 45.000 personnes, principalement des enfants, ont fui la Gambie à destination du Sénégal depuis le 1er janvier, a indiqué le Haut commissariat de l’Onu pour les réfugiés.

« Les prochains jours vont être déterminants et d’autres personnes pourraient quitter le pays si la situation actuelle ne trouve pas rapidement une solution pacifique », a affirmé le HCR dans un communiqué.

Dans un premier temps, Jammeh avait reconnu sa défaite face à Barrow avant de se raviser et de contester la régularité des résultats de l’élection présidentielle. Plusieurs ministres ont décidé de démissionner, isolant le président sortant.

Jeudi soir, le chef de l’armée gambienne, le général Ousman Badjie, qui a publiquement soutenu Jammeh, est apparu souriant dans les rues de la capitale.

Reuters


Tags assigned to this article:
Adama BarrowCEDEAOGambienJammehprésident

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Les pays des BRICS met en place un conseil économique

Les pays des BRICS ont lancé mercredi matin le conseil économique des BRICS, l’institution clé destinée à stimuler les investissements

RDC: 7 responsables congolais sanctionnés par l’Union Européenne

[GARD align= »center »] Le décision était attendu et sans surprise le Conseil de l’Union Européen  a adopté des mesures restrictives en

Mali: 5 morts dans l’attaque d’un camp de l’armée dans le centre

Au moins cinq personnes ont été tuées dans l’attaque d’une position de l’armée malienne lundi matin dans le centre du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*