Mme Gbagbo a « organisé une distribution d’armes », a déclaré un témoin, à la reprise de son procès

[GARD align= »center »]

L'épouse de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo|AFP

L’épouse de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo|AFP

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, poursuivie pour « crimes contre l’humanité », a « organisé une distribution d’armes » lors des violences postélectorales de 2010-2011, a déclaré un témoin, à la reprise de son procès devant la Cour d’assises, ce lundi 10 octobre 2016 à Abidjan.

« Mme Gbagbo a distribué des armes » et « organisé une distribution d’armes à Abobo », une commune dans le nord d’Abidjan, favorable au président ivoirien Alassane Ouattara, a affirmé à la barre le témoin.

Le témoin, un sexagénaire, a dit n’avait pas personnellement vu la distribution, mais avait « reçu un fusil calibre 12 qui faisait partie de l’arsenal », après une question du juge Boiqui Kouadjo, qui lui demandait s’il avait assisté à cette distribution.

Pour sa part, Me Ange Rodrigue Dadjé, avocat de Mme Gbagbo, soutenu que ce témoin « n’a été témoin de rien et victime de rien », rejetant toutes ses accusations qu’il a qualifiées « d’affabulations ».

« Nous sommes au 27e témoin et aucun n’a jusque-là fourni des preuves accablantes contre ma cliente », a ajouté l’avocat de la défense, qui défend l’innocence de sa cliente, apparue amaigrie dans le prétoire.

Il y a quelques jours, une photo présentée comme celle de Mme Gbagbo, dans son lieu de détention circulait sur les réseaux sociaux. On y voyait une femme amaigrie, rongée par la maladie.

Lors de ses dernières apparitions en public, elle présentait des signes de défaillances physiques qu’elle tentait de dissimuler en faisant montre de son courage à la barre. L’épouse de Laurent Gbagbo ne se tenait pas en posture debout. C’est, assise dans une chaise qu’elle répondait aux questions des juges.

L’ex-Première dame est par ailleurs accusée d’avoir joué un rôle dans la répression sanglante dans le quartier d’Abobo et notamment dans des tirs d’obus sur un marché de la commune.

Débuté le 31 mai 2016, le procès de Simone Gbagbo devant les assises d’Abidjan avait connu une interruption du fait des vacances judiciaires et au regard de son état de santé défaillant. Le procès reprend ainsi après plus de deux mois d’interruption.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Gbagbojustice

[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire: les anciens rebelles n’en finissent pas de gêner le régime Ouattara

[GARD align= »center »] Grève de militaires, barrages, coups de feu dans Abidjan après l’arrestation vendredi d’un ex-chef de guerre: les rebelles

Bénin: Yayi Boni annonce l’envoi de 700 militaires pour combattre Boko Haram

Le président béninois Boni Yayi a annoncé le week-end dernier que 700 hommes des Forces armées béninoises, formés et équipés,

Nigeria : La police découvre une fabrique d’armes

[GARD align= »center »] Une usine de fabrication d’armes a été découverte récemment à Ihuoha-Amansiodo Oghe, dans le département d’Ezeagu de l’Etat

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*