Mme Gbagbo estime que son mari l’ «aurait giflé » si elle lui demandait d' »abandonner » le pouvoir

[GARD align= »center »]

L'épouse de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo,  le 31 mai 2016 à Abidjan

L’épouse de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, le 31 mai 2016 à Abidjan

Au troisième jour de son procès en assises, l’ancienne Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, a estimé que si elle demandait à son époux d' »abandonner » le pouvoir lors de la crise postélectorale, il l’ «aurait giflé », au cours de son audition.

Répondant à la question du juge de savoir pourquoi l’ex-Première dame n’avait pas exhorté son époux à « abandonner » le pouvoir, elle a réitéré que c’est lui qui était « vainqueur » de l’élection présidentielle de novembre 2010 et qu’il l’ «aurait giflé » si elle lui faisait « la suggestion ».

Au cours de ce procès, la Cours d’assises devra montrer un lien entre l’influence de l’ex-Première dame avec l’organisation des crimes commis après la grave crise postélectorale qui a fait plus de 3.000 morts dans le pays.

Elle a soutenu qu’elle participait à des manifestations de « jeunes patriotes », notamment proches de l’ex-président Laurent Gbagbo, mais n’avait jamais fiancé leur mouvement.

Le leader des « jeunes patriotes », Charles Blé Goudé, un proche de M. Gbagbo, comparaît avec son mentor à La Haye depuis le 28 janvier pour répondre des « crimes contre l’humanité » lors des violences postélectorales ivoiriennes.

L’ancienne Première dame de Côte d’Ivoire, qui est jugée par la Cours d’assises,  a déjà été condamnée pour « atteinte à la sûreté de l’État » pendant la crise postélectorale de 2010-2011.

Mme Gbagbo est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cours pénale internationale (CPI), mais le gouvernement ivoirien refuse son transfèrement estimant avoir les capacités de la juger de façon équitable sur son sol.

Erick de Baru

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Simone Gbagbo

[fbcomments]

Related Articles

Ebola: Le Cuba dépêche 100 médecins à Conakry pour renforcer la lutte contre le virus

[GARD align= »center »] Une centaine de médecins cubains sont arrivés à Conakry pour aider la Guinée à venir à bout de

L’ex-chef de la junte malienne inculpé pour complicité de meurtre

[GARD align= »center »] Les autorités maliennes ont modifié le chef d’inculpation retenu contre le général Amadou Sanogo, responsable du coup d’Etat

AUDITIONS DE AFFI N’GUESSAN ET CIE : Le grand déballage aura-t-il lieu ?

Affi N’guessan peut commencer à souffler. L’ancien patron du parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien, a inauguré ce

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Umun's B
    Umun's B 4 juin, 2016, 19:45

    il les a gracié parce que demain n’est pas loin (campagne pour la prochaine élection).

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*