Modibo Kéita, facilitateur malien dans la crise du Nord: «Nous avons parlé entre Maliens»

Modibo Kéita, facilitateur malien dans la crise du Nord: «Nous avons parlé entre Maliens»

[GARD align= »center »]

Modibo Kéita

L’ancien Premier ministre Modibo Kéita, facilitateur malien dans la crise du Nord

De retour de Ouagadougou où l’ancien Premier ministre a rencontré les groupes armés du Nord du Mali, Modibo Keïta a signalé qu’ils ont parlé entre Maliens.

Ce n’est que le début des négociations, puisque d’autres rencontres sont déjà annoncées en terrain neutre. Mais, ce qui se dégage de l’étape de Ouagadougou où l’ancien Premier ministre malien a rencontré les groupes armés, c’est que les échanges se sont déroulés dans un climat serein. «Nous avons parlé entre Maliens », a déclaré à RFI, l’ancien Premier ministre Modibo Kéita.

La même source ajoute que Modibo Keïta a transmis aux groupes armés du Nord le message de paix du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Des interlocuteurs qui, pour le moment, souhaitent que la médiation se déroule hors du Mali, en pays neutre.

[GARD align= »center »]

L’autre souhait des groupes armés rencontrés à Ouagadougou est la désignation d’un médiateur international dans la crise malienne. Sur tous ces points, l’envoyé de Bamako a pris bonne note et a promis de transmettre le message aux autorités maliennes.

Silence de Mara

Pointé du doigt après les dernières déclarations de l’ancien ministre de la Défense, le Premier ministre malien, Moussa Mara, n’a toujours pas réagi pour rejeter les accusations à peine voilées de Boubeye Maïga [ concernant les responsabilités de la déroute de l’armée malienne face aux groupes armés, il y a quinze jours à Kidal, et qui a coûté sa place à ce dernier, NDLR ], selon RFI.

Mais ses partisans le disent serein, ses adversaires parlent plutôt, « de gêne profonde sur le dossier ».

La commission d’enquête parlementaire, si elle voit le jour, apportera probablement des réponses. A Koulouba, siège du palais présidentiel, situé sur les hauteurs de Bamako, on suit, dit-on, de près la situation. De nombreux soldats maliens sont encore sur le terrain, notamment dans le Nord, et l’unité autour de l’armée est au centre des préoccupations du président Ibrahim Boubacar Keïta, explique son entourage.

[GARD align= »center »]

Dans la ville de Ménaka, dans le nord-est du Mali, des femmes et des jeunes ont manifesté, devant le camp de la Minusma, la force internationale de maintien de la paix. Ces manifestants favorables au MNLA réclamaient le départ des soldats maliens du camp militaire de Ménaka.

 Baba Mballo
Dakar – Oeildafrique.com

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
maliModibo Kéita

Related Articles

Guinée: le gouvernement prône le dialogue après l’appel à manifester

Le gouvernement guinéen a invité mercredi la classe politique au dialogue, jugeant « excessif » l’appel des trois principaux partis de l’opposition

Ebola: «Serrer les coudes», lance Faure Gnassingbé coordonnateur de la CEDEAO

[GARD align= »center »] A la fin du dernier sommet de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté

Nigeria : Buhari accusé d’avoir plagié un discours d’Obama

[GARD align= »center »] Le président nigérian Muhammadu Buhari est accusé d’avoir notamment plagié une partie d’un discours de Barack Obama, qu’il

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*