Mohamed Majd est mort à l’âge de 73 ans

Mohamed Majd est mort à l’âge de 73 ans

RABAT – L’acteur marocain Mohamed Majd, qui avait joué au cours de la dernière décennie dans « Indigènes » ou encore « La source des femmes », est décédé jeudi à l’âge de 73 ans, a annoncé l’agence MAP.

Né en 1940, le comédien s’est éteint en matinée dans une clinique de Casablanca, la plus grande ville du royaume, où il avait été admis pour des problèmes respiratoires, selon la même source.

Après une première décennie sur les planches, Majd avait débuté au cinéma avec le court-métrage « Fôret » d’Abdelmajid Rechiche, apparaissant par la suite au côté d’Anthony Quinn dans la fresque historique « Le Message », du réalisateur américain d’origine syrienne Moustapha Akkad (1976).

Dans les années 1990 et 2000, l’acteur enchaîne plusieurs productions internationales, dont « Les mille et une nuits » de Philippe de Broca (1990) et Syriana, aux côtés de George Clooney et Matt Damon (2005).

Acteur du renouveau du cinéma marocain, il tourne à plusieurs reprises sous les ordres du jeune réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch (« Ali Zaoua, prince de la rue », « Une minute de soleil en moins »).

Chevalier des arts et des Lettres en France, Mohamed Majd était encore à l’affiche l’an dernier de « La source des femmes », réalisé par Radu Mihaileanu, après « Indigènes » du Franco-Algérien Rachid Bouchareb, en 2006, entre autres.

Cette même année, un hommage lui avait été rendu à l’occasion de la 6e édition du festival international du film de Marrakech (FIFM).

Il a été inhumé en fin de journée au cimetière Ach-Chouhada de Casablanca.

Avec AFFP


Tags assigned to this article:
cinémaMohamed Majd

Related Articles

Maroc: un couple d’adolescents arrêté à cause d’une photo sur Facebook

Un couple d’adolescents a été arrêté par la police à Nador, dans le nord-est du Maroc, après avoir publié sur

Maroc: Le roi Mohammed VI limoge le ministre des Sports, Mohamed Ouzzine

Le ministre marocain de la Jeunesse et des sports, Mohamed Ouzzine a été démis de ses fonctions, mercredi 07 janvier.

La désespérance d’habitants d’un bidonville marocain

A Salé, ancienne cité corsaire, si la mer n’est jamais loin, c’est un océan de bâches et de taules qui

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*