Mondial 2014: Retour sur la prestation des équipes africaines avec des déceptions et des espoirs

Mondial 2014: Retour sur la prestation des équipes africaines avec des déceptions et des espoirs

[GARD align= »center »]

Cinq équipes africainesLe Mondial 2014 est fini pour les équipes africaines avec l’élimination du Nigéria et de l’Algérie en Huitième de finale. Ces deux équipes ont rejoint celles qui avaient pris la sortie suite à leur éliminatoire à la fin des matches de poules.

Pourtant, ce Mondial brésilien laissait entrevoir une chance pour les équipes africaines d’aller un peu plus loin dans la compétition. En effet, après le tirage au sort de la compétition, beaucoup d’africains avaient misé sur l’équipe de la Côte d’ivoire qui était dans un groupe comprenant le Japon, la Grèce et la Colombie, considérés comme étant à sa portée. D’autres ont un peu misé sur le Ghana au vu de ses dernières prestations dans la compétition en 2010. Le Nigéria, l’Algérie et le Cameroun partaient moins avec la faveur des pronostics.

A l’issue du premier tour de cette coupe du monde 2014, l’Afrique a réussi à placer deux pays en huitièmes de finale sur un total de 5, à savoir le Nigéria et l’Algérie. Ce qui a été une première dans l’histoire de la Coupe du Monde. En effet, l’Afrique n’avait jamais réussi à placer deux sélections dans une même édition de la Coupe du Monde à ce niveau.

[GARD align= »center »]

Mais il faut dire que les équipes africaines ont raté leur entrée en lice au Mondial brésilien. Seule la Côte d’Ivoire avait réussi à s’imposer lors de son premier match contre le Japon. Les autres comme le Cameroun, le Ghana, le Nigéria et l’Algérie avaient perdu ou fait match nul.

Le Cameroun et sa décente aux enfers

Le geste d’Alexandre Song fait le buzz

Le geste d’Alexandre Song fait le buzz

De plus, ces équipes ont été pour la plupart éclaboussées par des problèmes d’organisation ou de faits divers qui ont déteint sur leur prestation. Le Cameroun qui s’est négativement illustré avec des problèmes de primes avant même le déplacement sur le Brésil.

Sur le terrain, on a assisté à des attaques avec notamment le geste d’anti-jeux d’Alexandre Song. Un coup de coude donné par le joueur Camerounais sur le dos d’un joueur Croate ; ce qui lui a valu un carton rouge. Suite à ce geste, ce sera Benoît Assou-Ekoto, dépassé par la défaite qui va s’attaquer à son coéquipier Benjamin Mukandjo. Et c’est logiquement que le Cameroun a coulé devant le Brésil pour se faire éliminer dans un groupe où il y avait possibilité de prendre la 2e place derrière le Brésil.

Mais l’équipe de Samuel Eto’o n’est classé qu’à une lamentable 4e place du groupe avec 3 défaites, 9 buts encaissés et 1 seul de marquer.

L’espoir perdu avec le Ghana et la Côte d’Ivoire

Après le Cameroun, vient alors le tour de la Côte d’ivoire avec son problème de capitanat entre Yaya Touré et Didier Drogba. Un problème qui a créé une atmosphère pesante dans l’équipe qui n’a pas pu gérer quelques secondes de compétition pour se qualifier pour les huitièmes de finale.

Pour le Ghana, c’est aussi un problème de prime mais aussi de gestion d’hommes. Les joueurs ghanéens avaient exigé d’avoir leurs primes en liquide avant de jouer leur dernier match de poule contre le Portugal où ils avaient le coup de la qualification à jouer. Après le règlement du problème de primes, c’est l’entraîneur qui exclut deux joueurs, Suley Muntari et Kevin-Prince Boateng pour une prise de bec et un problème avec un dirigeant de la Fédération ghanéenne. Résultat, le Ghana a perdu toute chance de se qualifier et face au Portugal de Christiano Ronaldo, les Black Eagles n’ont rien pu faire. 

Ainsi, la Côte d’ivoire et le Ghana ont fait perdre aux africains, l’espoir pour l’Afrique d’aller loin dans la compétition.

[GARD align= »center »]

La réalité du sport du haut niveau avec les injustices des arbitres

Ces faits de jeux que l'arbitre du match a refusé de voir.

Ces faits de jeux que l’arbitre du match a refusé de voir.

Au huitième de finale, le Nigéria et l’Algérie qui ont représenté l’Afrique. Ils ont fait honneur à tout un continent. Le Nigéria qui a affronté la France avait tenu tête à l’équipe de Didier Deschamps et pouvait même l’emporter si ce n’est des faits de jeu et un mauvais arbitrage qui ont assommé l’équipe nigériane dans les derniers instants de la rencontre. Mais plusieurs ont évoqué la gestion des grandes rencontres dans le sport de haut niveau qui requiert l’efficacité.

Sur le continent, la presse locale a fustigé la prestation de l’arbitre de la rencontre France -Nigéria. Les injustices de l’arbitrage ont été criardes sur la rencontre qui allait pourtant bien pour le Nigéria. On retient notamment un but valable, qui ne souffrait de rien de tout qui a été refusé au Nigéria, un carton rouge mérité que l’arbitre a refusé de donner à Blaise Matuidi, auteur d’une agression sur Onazi. Ensuite vient une ceinture de patrice Evra sur Peter Odewuingi dans la surface de réparation. Des faits de jeu qui ont avantagé la France. Mais dépassé par les injustices, Nigérians ont pris un coup au moral et ont fini par céder dans les derniers instants de la rencontre gagnée finalement par la France sur un score flatteur de 2-0.

Le combat de l’Algérie face à l’Allemagne

La confirmation n’a pas eu lieu pour l’Algérie face à l’Allemagne lundi en huitième de finale. L’Algérie qui pensait prendre sa revanche face aux allemands. L’Algérie aura joué mais c’est l’Allemagne qui a gagné les Fennecs pour se qualifier lundi pour les quarts de finale de la Coupe du monde 2014. Tout a été joué dans les prolongations où l’Allemagne a plié le match par réalisme sur des buts d’André Schürrle, d’une « Madjer » non contrôlée (92e), et de Mesut Özil.

Malgré le but pour l’honneur de Djabou, 120e+1, ces deux buts ont suffi au bonheur de Joachim Löw et des siens devant des Fennecs vaillants. Les joueurs algériens ont perdu leur combat face aux allemands à qui ils ont tenu tête durant toute la rencontre.

[GARD align= »center »]

La prestation en demi-teinte des équipes africaines est simplement due à la mauvaise préparation pour les unes et un manque d’ambitions pour les autres. C’est dans ce contexte que des voix se lèvent pour réclamer l’augmentation du nombre d’équipes africaines pour les prochaines éditions de la Coupe du Monde.

Didier Assogba
©Oeildafrique.com

[wp_ad_camp_4]

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo



Related Articles

Foot: le Français Pierre Lechantre, nouveau sélectionneur du Sénégal

Le Français Pierre Lechantre a été nommé sélectionneur de l’équipe nationale du Sénégal, au terme d’un long feuilleton né du

Mondial 2014 : La Côte d’ivoire se mobilise autour des Eléphants, Ouattara décaisse 300 millions de FCFA

[GARD align= »center »] Le gouvernement ivoirien à travers son ministre de la Promotion de la jeunesse, des sports et loisirs, Michel

Chelsea a affronté le plus gros des footballeurs du monde

Ce n’est pas pour rien qu’il est surnommé « The Beast » (la bête en anglais). Adebayo Akinfenwa de son vrai nom

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. Msnsn Yuva
    Msnsn Yuva 3 juillet, 2014, 04:35

    article qui résume la réalité de l’Afrique :p

    Répondre à ce commentaire
  2. ndago
    ndago 3 juillet, 2014, 11:16

    un but valable LOL y’a hors jeu de 2cm ouvre les yeux « journaliste » de mes deux

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*