Mozambique: la Renamo ne reconnaît toujours pas le résultat des élections

Mozambique: la Renamo ne reconnaît toujours pas le résultat des élections

[GARD align= »center »]

Afonso Dhlakama, leader de la Renamo

Afonso Dhlakama, leader de la Renamo| DR

La Renamo, principal parti d’opposition du Mozambique, refuse toujours de reconnaître sa défaite aux élections du 15 octobre, dont les résultats ont été proclamés mardi par le Conseil constitutionnel, a indiqué un responsable.

« Depuis la proclamation des résultats par la Commission nationale électorale (le 30 octobre, ndlr), nous disons que ces résultats sont marqués par diverses irrégularités qui font qu’ils ne sont pas crédibles. Ainsi, la Renamo, en aucune manière, ne reconnaît ces élections », a déclaré à la presse André Majibire, le représentant de la Renamo au sein de la Commission.

Le Conseil a validé mardi les résultats des élections présidentielle, législatives et provinciales du 15 octobre, entérinant la victoire à la présidentielle de Filipe Nyusi, le candidat du Frelimo qui est pouvoir depuis l’indépendance en 1975.

Le leader historique de la Renamo, Afonso Dhlakama, avait prévenu ce week-end qu’en cas de « plaisanteries » de la part du Conseil constitutionnel, il y aurait de la « violence, de la désobéissance civile ».

Dénonçant des fraudes massives, le parti d’opposition demande la création d’un gouvernement de transition destiné à réformer le système électoral.

Le président du Conseil constitutionnel Hermenegildo Gamito a aussi appelé mardi à une véritable refonte du système électoral, au vu des complexités légales et des irrégularités constatées lors du scrutin.

« Le candidat du (parti majoritaire) Frelimo n’est pas en mesure de former un gouvernement, parce qu’il n’a pas remporté les élections et qu’il ne représente pas la volonté de la majorité du peuple mozambicain », a ajouté M. Majibire pour la Renamo, quelques instants après la validation des résultats par le Conseil constitutionnel.

Filipe Nyusi, 55 ans, a remporté 57% des voix lors des élections d’octobre, soit beaucoup moins que le président sortant Armando Guebuza qui avait été réélu avec 75% des suffrages en 2009.

Afonso Dhlakama, le leader historique de la Renamo, arrive deuxième. N’ayant fait campagne qu’à la dernière minute après deux ans de rébellion armée dans le centre du pays, il a réuni 37% des voix contre 16% en 2009.

Le Frelimo conserve la majorité absolue à l’Assemblée avec 144 sièges sur 250 (contre 191 précédemment), tandis que la Renamo voit le nombre de ses députés grimper de 51 à 89.

La proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel ouvre maintenant la voie à la prise de fonction du nouveau président et à la formation d’un nouveau gouvernement, prévues pour le premier trimestre 2015.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
MozambiqueRenamo

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Mozambique: le porte-parole de l’opposition arrêté pour « incitation à la violence »

   [GARD align= »center »] Le député et porte-parole du principal parti d’opposition mozambicain, la Résistance nationale mozambicaine (Renamo), a été arrêté

Canal du Mozambique, le « cimetière maritime » oublié

[GARD align= »center »] Alors que plus de 2 500 migrants ont trouvé la mort en mer Méditerranée en 2015, en raison de

International Business Awards: Movitel consacrée l’entreprise la plus dynamique de l’année

[GARD align= »center »] À la fin de l’année 2012, seulement 6 mois après le lancement de ses activités, Movitel réalisait un

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*