La Namibie assure la santé sexuelle grâce aux préservatifs gratuits

La Namibie assure la santé sexuelle grâce aux préservatifs gratuits
la distribution des préservatifs

La distribution des préservatifs

Il y a quelques années, un paquet de préservatifs de la marque Smile coûtait deux dollars namibiens (environ 0,20 dollars américains) dans un bar à Oneko, dans le nord de la Namibie. Le préservatif était alors quelque chose de rare dans les zones rurales du pays.

Aujourd’hui, dans le même bar, près d’une étagère remplie de bombons, de bougies, mais aussi au comptoir, les préservatifs de la marque Smile sont distribués gratuitement.

 Comme beaucoup d’autres, ce bar distribue gratuitement des préservatifs disponibles en quantités raisonnables dans les magasins du coin.

 Titus Silas, propriétaire d’un magasin de la région d’Oshana, a déclaré que plus de bars distribuent des préservatifs gratuitement par rapport à il y a cinq ans. « A cette époque, les villageois qui avaient accès aux préservatifs Smile gratuitement dans les villes les redistribuaient dans leurs villages. Mais ils les faisaient payer. Ils étaient rares. C’était du business », a souligné M. Silas.

La situation a changé quand le ministère de la Santé et des Services sociaux ont revu leur stratégie de distribution des préservatifs dans les zones rurales de Namibie. Aujourd’hui, les préservatifs sont distribués aux propriétaires de magasins par une organisation non-gouvernementale activement impliquée dans la sensibilisation des communautés rurales au VIH/Sida.   Dans le village d’Oniimwani, les préservatifs sont fournis aux distributeurs par Total Control of the Epidemic, programme qui lutte contre le VIH/Sida.   Les travailleurs de la santé, les responsables de la logistique des préservatifs, les conseillers communautaires, les leaders des communautés, les organisations non-gouvernementales, les organisations basées sur les communautés ainsi que les organisations basées sur la foi sont généralement impliquées dans la distribution et la promotion des préservatifs dans les zones rurales car ils sont bien placés pour opérer au sein des communautés.   Pour garantir une utilisation correcte du préservatif, la distribution de préservatifs est également complétée par des campagnes de sensibilisation et d’éducation sur la santé sexuelle.   « Du point de vue du ministère, des campagnes de sensibilisation sont centrées sur la population sexuellement active au niveau national et la plupart des campagnes sont adaptés en tant que tel et adresse les questions relatives a l’utilisation correcte et cohérente des préservatifs comme la campagne « Take Control » sur des partenaires multiples », a déclaré M. Tjaronda.

 Mais les gens utilisent-ils vraiment les préservatifs? Pour cela, M. Tjaronda a répondu qu’il est confiant que les gens utilisent des préservatifs. « Il y a un certain pourcentage qui nous ne pouvons pas quantifier qui utilisent le préservatif comme moyen de prévention contre la transmission du VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles et les grossesses non désirées. Nous aurions pu avoir un nombre astronomique de personnes étant infectées par le VIH sur une base annuelle, mais en regardant la prévalence du VIH, le taux s’est stabilisé au cours des deux dernières années, et est actuellement à 18,2% chez les femmes enceintes entre autres facteurs », a-t-il ajouté.

En même temps, M. Tjaronda a révélé que des plans sont en cours pour procéder à une évaluation de l’impact des préservatifs dans le pays qui permettra de mieux nous informer sur l’utilisation du préservatif.

 Compte tenu des efforts déployés pour assurer la participation des populations rurales en matière de santé sexuelle, il n’est pas facile d’atteindre les communautés rurales.

 « La Namibie est un vaste pays qui est peu peuplée avec de longues distances entre les villes, les villages ainsi que les routes sablonneuses qui entrave la fourniture des aux populations. La longue distance a un impact négatif sur la disponibilité des préservatifs et l’accès aux régions très éloignées devient parfois difficile, surtout pendant la saison des pluies », a-t-il dit.

  Le ministère distribue près de 25 millions de préservatifs par an dans les points identifiés. Le ministère dépense plus de 20 millions de dollars namibiens pour l’achat de préservatifs chaque année.

Avec  Xinhua

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Namibie

Related Articles

Burundi: un journaliste de RFI condamné à trois ans de prison en appel

Un journaliste burundais de Radio France Internationale (RFI), Hassan Ruvakuki, condamné à la prison à perpétuité en première instance pour

Un milliards de dollars par an pour les infrastructures de la RDC

Le secteur est le plus important et le plus budgétivore pour un pays à la taille d’un continent mais les moyens

Mali: un jihadiste français arrêté transféré à Bamako

Un jihadiste « franco-africain » et deux complices « arabes » récemment arrêtés dans le centre du Mali alors qu’ils souhaitaient rejoindre les islamistes

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*