Niger: le président Issoufou confirme la protection des sites d’uranium part la France

Niger: le président Issoufou confirme la protection des sites d’uranium part la France

Le président du Niger Mahamadou Issoufou a confirmé dimanche que des forces spéciales françaises protégeaient dans son pays des sites miniers d’uranium.

« Absolument je le confirme », a déclaré le président du Niger lors de l’émission Internationale sur TV5Monde/RFI/Le Monde, en réponse à une question posée à ce sujet.

« Nous avons décidé, surtout au regard de ce qui s’est passé en Algérie, avec l’attaque du site gazier d’In Amenas, de ne pas prendre de risques et de renforcer la protection des sites miniers », a-t-il ajouté.

Le président du Niger a tenu secret le nombre des forces spéciales concernées.

Une source proche du dossier avait indiqué vendredi qu’une dizaine de réservistes des forces spéciales françaises renforcent la sécurité des sites du groupe nucléaire français Areva au Niger depuis la prise d’otages d’In Amenas (16 au 19 janvier) en Algérie.

Interrogé vendredi par téléphone, un agent d’Areva à Arlit, site d’extraction d’uranium dans le nord du Niger, a indiqué à l’AFP avoir « aperçu avant-hier (mercredi) trois 4×4 avec des militaires français à bord » à proximité du site minier.

Areva, deuxième producteur mondial d’uranium en 2011, exploite ce minerai depuis plus de 40 ans au Niger et prévoit l’inauguration fin 2014 de la mine géante d’Imouraren, sa troisième dans le pays sahélien.

Avec AFP


Tags assigned to this article:
franceIraniumNiger

Related Articles

Burkina – présidentielle: le gouvernement appelle au « fair-play »

Le gouvernement intérimaire du Burkina Faso, qui doit céder le pouvoir à des autorités démocratiquement élues à l’issue de l’élection

Sommet de la Francophonie: Dakar arrête un budget prévisionnel de huit milliards FCFA

[GARD align= »center »] C’est à la télévision nationale, la RTS que le montant du budget prévisionnel pour l’organisation du 15ème sommet

Burkina Faso: le pouvoir dément s’ingérer dans les médias publics

Le gouvernement du Burkina Faso a démenti lundi toute « immixtion » dans le travail des journalistes des médias publics, rejetant les

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*