Niger: un officier malien échappe à une attaque armée à Niamey

Niger: un officier malien échappe à une attaque armée à Niamey
Niamey

Une rue de Niamey, au Niger
© AFP/Archives Sia Kambou

Le colonel malien Alaji Ag Gamou, basé depuis plusieurs mois au Niger avec sa troupe après la prise du nord du Mali par des groupes armés, a échappé dimanche à Niamey à l’attaque d’un inconnu armé, a affirmé à l’AFP une source gouvernementale nigérienne.

« Un inconnu, un homme armé, a tiré ce matin sur le colonel Ag Gamou à sa résidence dans un quartier de Niamey », a indiqué cette source. « Le colonel Ag Gamou est sain et sauf, le suspect a été arrêté et l’enquête est en cours », a-t-elle ajouté, sans plus de précision.

Le colonel Ag Gamou, un Touareg, est le chef de plus de 400 soldats maliens cantonnés depuis début mai près de la capitale nigérienne. Ils ont rejoint ce pays voisin après avoir fui face aux rebelles touareg et aux islamistes armés qui ont pris en avril le nord du Mali après avoir mis en déroute l’armée malienne.

Une source malienne sur place a confirmé l’attaque contre le colonel Ag Gamou et indiqué que le tir avait blessé le garde du corps de l’officier malien.

« C’était entre 6H00 et 7H00 (locales, entre 5H00 et 06H00 GMT). Deux hommes à la peau noire s’étaient positionnés près de la résidence du colonel Ag Gamou lorsque ce dernier est sorti. Il a vite repéré les deux hommes qui attendaient », a raconté cette source.

« Aussitôt, un des deux hommes a braqué son arme vers Ag Gamou, il a tiré mais celui-ci a pu esquiver. La balle a traversé son boubou et a atteint son garde du corps, qui est blessé mais dont la vie n’est pas en danger », a-t-elle poursuivi.

Le tireur « a été arrêté », a-t-elle confirmé, sans évoquer le sort de celui qui l’accompagnait.

Le colonel Ag Gamou était l’un des piliers du système sécuritaire malien dans le nord du Mali jusqu’à la déroute de Bamako face aux insurgés.

Selon des sources concordantes, ses hommes cantonnés près de Niamey pourraient participer à une intervention armée africaine actuellement en préparation pour chasser les islamistes de l’immense Nord malien. Lors d’une visite en juillet, le Premier ministre malien de transition Cheick Modibo Diarra leur avait dit que le Mali comptait sur eux pour relever le « défi » de la reconquête du Nord.

Cette région est désormais contrôlée par trois groupes islamistes armés – dont les jihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) – qui ont chassé les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA, laïc) avec lesquels ils avaient combattu l’armée malienne début 2012. Ils y appliquent de façon très stricte la charia (loi islamique).

L’attaque contre le colonel malien en plein Niamey survient alors que le président malien de transition Dioncounda Traoré se trouve depuis samedi dans la capitale nigérienne.

Après un premier entretien samedi, il devait retrouver dimanche son homologue Mahamadou Issoufou – l’un des plus fervents avocats d’une opération armée – pour de nouvelles discussions sur la situation au Mali.

Avec AFP

 

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
arméemaliNigerQaïdatouaregtroubles

Related Articles

Le Congo au sein du Partenariat mondial pour la réduction des gaz

congo partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés BRAZZAVILLE – La République du Congo vient d’être admise au sein

Crise en RDC : Le sommet de Kampala demande au M23 l’arrêt des hostilités

Des dirigeants africains de la région des Grands Lacs réunis samedi à Kampala ont demandé aux rebelles du M23 d’arrêter

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*