Nigeria: 7 soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

[GARD align= »center »]

Des soldats de l’armée nigériane en exercice à Lagos, en octobre 2013.
© AFP PHOTO/ PIUS UTOMI EKPEI

Sept soldats ont été tués dix-neuf blessés jeudi dans une embuscade du groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, a annoncé vendredi l’armée nigériane.

Le lieutenant-colonel Kingsley Samuel, porte-parole de la 7e division à Maiduguri, a précisé dans un communiqué que l’embuscade avait tendue jeudi soir sur la route de Dikwa pendant des mouvements de troupes.

« Nos vaillants soldats ont bien combattu, tuant beaucoup de terroristes. Malheureusement, sept soldats ont fait le sacrifice suprême (…) et 19 soldats ont subi des blessures » plus ou moins graves. Les blessés ont été hospitalisés.

Dess renforts, qui sont arrivés sur place, ont lancé une « opération agressive » pour retrouver les hommes de Boko Haram, orgzanisation liée à Al-Qaïda.

Auparavant, une source militaire avait déclaré à l’AFP : « Il y a eu des tirs nourris, au moins huit soldats ont été tués et deux blessés. Boko Haram a également subi des pertes ». Cette source avait indiqué que l’attaque avait eu lieu vendredi matin.

L’armée nigériane et le gouvernement ont affirmé à plusieurs reprises ces derniers mois que Boko Haram était à bout de souffle.

 Le président nigérian Muhammadu Buhari a affirmé dès la fin 2015 que les islamistes étaient « techniquement vaincus ». Douze mois plus tard, il annonçait triomphalement que l’armée les avait chassés de leur dernière enclave, dans la forêt de Sambisa, dans l’Etat de Borno.

Les attaques sporadiques de ces derniers mois ont été attribuées à un groupe de Boko Haram affaibli et poussé dans ses derniers retranchements.

Toutefois, les attaques se sont multipliées récemment contre des militaires et des policiers à Borno et dans les Etats voisins de Yobe et Adamawa.

Des habitants du village de Kautikeri, dans le sud de Borno, ont affirmé que Boko Haram avait tué une personne et enlevé un enfant de 7 ans jeudi dans le village voisin de Kaumutaiyahi.

Des rebelles de Boko Haram ont par ailleurs pillé des magasins de vivres avant de mettre le feu au village, situé à quelque 15 kilomètres de la ville de Chibok, où le groupe jihadiste avait enlevé plus de 200 lycéennes en avril 2014.

Chibok se trouve également à proximité de la forêt de Sambisa et les attaques de jeudi sur la route entre Damboa et Maiduguri font craindre que le groupe jihadiste ne se trouve encore dans la région.

Des milliers de civils ont trouvé refuge à Banki, à 130 km de la capitale de l’Etat, Maiduguri, berceau de Boko Haram, dont l’insurrection a fait plus de 20.000 morts et plus de 2 millions de déplacés depuis 2009.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
nigeria

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

L’ex-chef de la junte malienne inculpé pour complicité de meurtre

[GARD align= »center »] Les autorités maliennes ont modifié le chef d’inculpation retenu contre le général Amadou Sanogo, responsable du coup d’Etat

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo est apte à participer à son procès, décide la CPI

[GARD align= »center »] L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo est physiquement et mentalement apte à participer à son procès pour crimes contre l’humanité,

Nigéria : Obasanjo met en place son expertise de négociation pour libérer les filles enlevées

[GARD align= »center »] Olusegun Obasanjo, l’ex-président nigérian a tenté une médiation avec des intermédiaires de Boko Haram pour libérer les 200

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*