Nigeria : 90 morts dans une attaque au nord du pays

Nigeria : 90 morts dans une attaque au nord du pays

[GARD align= »center »]

(Photo STR. AFP)

(Photo STR. AFP)

Alors que les autorités étaient sur leur garde le week-end suite aux attaques sanglantes de la secte islamiste Boko Haram qui se livre à des représailles contre les populations du nord Nigéria, ce sont des éleveurs qui ont mené la danse avec des attaques meurtrières dans deux villages dimanche. Bilan de ces attaques : au moins 90 morts.

Une attaque dans le village de Yar Galadima, au nord du Nigeria, a provoqué, dimanche, la mort de 90 personnes. L’assaut, attribué à des éleveurs, a été mené contre les membres d’une communauté, lors d’une réunion. Le gouverneur de l’Etat nigérian de Zamfara a confirmé l’information. Un précédent bilan faisait état de 30 morts.

Pendant ce temps, la secte islamiste Boko haram était, pour sa part, dans le village de Buni Gari, dans l’Etat de Yobe. Les représailles de ces combattants ont fait au moins 17 morts dans cette localité. Les témoins affirment que les hommes armés ont tiré en rafales et tué 17 personnes, dont plusieurs étaient en prière à la mosquée.

Ils ont également incendié plusieurs maisons et de nombreux véhicules avant de s’enfuir. Il faut rappeler que des attaques d’écoles ont déjà eu lieu dans cette localité et ont fait des dizaines de morts parmi les étudiants ainsi que des enlèvements de Boko haram.

[GARD align= »center »]

Suite à ces attaques des islamistes dans le nord du pays, l’armée nigériane a lancé une offensive de depuis début 2013, offensive qui a coûté plusieurs pertes à Boko haram qui tente désormais de recruter dans le Nord du Cameroun à la frontière avec le Nigéria où plusieurs combattants du groupe ont trouvé refuge dans les montagnes.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
Boko HaramNgeria

Related Articles

Bénin: grève jeudi des syndicats d’enseignants

Le secteur de l’éducation n’est pas un long fleuve tranquille au Bénin. Un mois après la rentrée des classes, le

Des militants du FPI, en France, contestent Affi Nguessan comme chef du parti de Gbagbo

[GARD align= »center »] Des militants du Front populaire ivoirien (Fpi), en France, qui contestent Affi Nguessan comme chef du parti de

Togo: un journaliste molesté par des gendarmes à Lomé

[GARD align= »center »] Un journaliste togolais a été molesté par des gendarmes au cours d’un reportage dans la capitale de Lomé,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*