Le Nigeria entre officiellement en récession économique

[GARD align= »center »]

Muhammadu Buhari

Le président nigérian Muhammadu Buhari, le 14 juin 2015 à Johannesburg|AFP

L’économie du Nigeria est entrée officiellement en récession économique après deux trimestres consécutifs de croissance négative durant la première moitié de l’année, a annoncé mercredi le Bureau national des Statistiques (NBS).

« Au deuxième trimestre de 2016, le produit intérieur brut (PIB) réel du Nigeria a diminué de -2,06% (sur un an) », a indiqué le Bureau national des Statistiques (NBS), dans un rapport rendu public le 31 août 2016.

« C’est 1,7 point de moins que le taux de croissance de -0,36 % enregistré au premier trimestre et 4,41 points de moins que le taux de croissance de +2,35 % enregistré au deuxième trimestre 2015 », a expliqué l’institution publique nigériane dans son rapport.

La chute du prix du baril de pétrole, l’inflation, la pénurie d’électricité, l’insécurité au Sud et la crise humanitaire au Nord du pays, en seize mois, ont créé un effondrement de l’économie du Nigeria, qui a perdu sa première place d’économie africaine, ainsi que celle de premier exportateur de pétrole.

Selon les derniers calculs des Produits intérieurs bruts (PIB) en dollars par le Fonds monétaire international (FMI), le Nigeria a laissé la place de première économie africaine à l’Afrique du Sud.

Le président Muhammadu Buhari a au cours d’une conférence, en présence de représentants des Nations unies à Abuja, reconnu, que son pays «est soudainement devenu un pays pauvre ».

« Avant que je ne prenne mes fonctions, le pétrole se vendait à quelque 100 dollars le baril. Ensuite, il s’est effondré à 37 dollars, pour osciller maintenant entre 40 et 45 dollars le baril », a-t-il dit.

Le géant d’Afrique de l’Ouest, qui tire 70% de ses revenus de sa production de pétrole, produit selon l’OPEP 1,5 million de barils par jour – contre 1,78 million pour l’Angola -, et accuse une chute de 21,5% par rapport au mois de janvier (soit un manque à gagner de 41.300 barils par jour), notamment à cause des insurrections de groupes rebelles dans la région pétrolifère du Delta.

Le pays le plus peuplé d’Afrique souffre par ailleurs de la faiblesse des cours du pétrole, de la dévaluation de la monnaie nationale, le Naira, et d’une inflation à son plus haut niveau en 11 ans.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

 


Tags assigned to this article:
économieMuhammadu Buharinigeria

[fbcomments]

Related Articles

Nigeria: le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau serait mort

Le chef du groupe islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau serait mort après avoir été blessé par balle dans un

L’Afrique, 2ème marché de consommation d’ici 2017

 [GARD align= »center »] L’Afrique, même s’il est trop tôt pour parler de miracle, sera « d’ici 2017 le deuxième marché où investir

Santé: Les cigarettes « légères » sont tout aussi dangereuses que les autres

[GARD align= »center »] Les cigarettes « légères » sont tout aussi dangereuses pour la santé que les cigarettes normales et ont probablement contribué

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*