Nigeria : le naira chute face au dollar et crée un forte Inflation

[GARD align= »center »]

naira © Joe Penney/Reuters

© Joe Penney/Reuters

La Banque centrale nigériane maintenait jusque-là artificiellement le taux de change à un niveau de 197 nairas pour 1 dollar, mais il fallait en pratique environ 400 nairas pour 1 dollar auprès des changeurs de rue. Cette baisse de la valeur de la monnaie nationale a créé une forte inflation sur le marché après la dévaluation du naira.

Alors que l’économie est déterminée en partie par les prix du pétrole, qui représente 95 % des exportations et dont le cours est en berne, le gouvernement du président Muhammadu Buhari voulait garder un naira fort pour protéger le pouvoir d’achat des consommateurs et stabiliser le marché. Mais l’écart était devenu insoutenable.

Lundi 20 juin, le Nigeria, la plus grosse économie d’Afrique de l’Ouest, a vu sa monnaie perdre 30 % de sa valeur par rapport au dollar.

A la suite de cette dévaluation, il faut débourser 320 nairas pour 1 dollar au cours de la Banque centrale. La forte dépréciation de la devise nigériane par rapport au dollar a engendré une envolée de l’inflation de plus de 16 %, soit son plus haut niveau depuis six ans. Et à cause des limites imposées par la Banque centrale, le taux du marché noir reste celui appliqué pour une bonne partie des produits manufacturés importés.

Le PIB nigérian a quant à lui diminué de 0,4 % au premier trimestre de 2016. Une contraction de plus de 1 % sur l’année entière devrait être observée. Compte tenu de la pénurie de dollars, il est devenu compliqué pour les entreprises internationales de traiter avec le Nigeria, qui pèse 35 % à 40 % des économies d’Afrique subsaharienne.

Les pays voisins très dépendants économiquement, comme le Bénin, le Togo et le Niger, ont particulièrement pâti de cette situation. Il est probable que le taux du marché noir finisse par converger avec le taux officiel. Un cas qui s’était déjà produit en Argentine.

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a finalement ouvert la voie, mercredi, à la dévaluation de sa monnaie pour rassurer les investisseurs étrangers, alors que le pays connait d’importantes difficultés économiques. Cette décision de laisser flotter la devise met fin à des mois de taux fixe. A la suite de celle-ci, lundi, le naira a plongé de près de 30% face au dollar.

Les échanges ont démarré ce lundi matin. L’ensemble des 24 banques commerciales y participent. L’offre est de 249 à 265 nairas pour un dollar », selon un courtier du marché des changes. Le naira devrait se stabiliser à 250 pour 1 dollar, contre 350 au marché noir.

La chute des cours mondiaux du pétrole a plongé la première économie d’Afrique dans une importante crise économique et financière. Depuis mars 2015, les autorités refusaient de laisser flotter la devise, maintenant le taux de change officiel à 197-199 nairas pour 1 dollar.

Muhammadu Buhari, le président nigérian, estimait jusqu’à présent qu’une dévaluation « tuerait » le naira. En revanche, les chefs d’entreprise ont applaudi la mesure, estimant qu’elle attirerait les investissements étrangers et relancerait l’activité économique du pays.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Nairanigeria

[fbcomments]

Related Articles

Ebola paralyse les fonctions économiques vitales des pays africains touchés

[GARD align= »center »] La peur véhiculée par Ebola paralyse le développement des Etats africains en proie au virus, transformant une épidémie

Procès de l’ex-président du Tchad: le régime Habré comparé à celui de Sékou Touré

Le procès Hissène Habré reprend lundi au palais de justice de Dakar, après avoir été suspendu hier. Mais, avant que

RDC : La dépréciation du Franc Congolais et les conséquences

[GARD align= »center »] Un petit tour dans la capitale suffit à établir le constat mitigeux. Depuis plusieurs semaines maintenant, le Franc

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*