Le Nigeria, première économie africaine, sombre dans la récession

[GARD align= »center »]

Le Nigeria, première économie africaine, s’enfonce dans la crise économique avec une contraction de son PIB de 2,24% au troisième trimestre par rapport à 2015, selon les chiffres du Bureau National des Statistiques (BNS) publiés lundi.

Cette situation est consécutive à la chute du prix du baril et d’attaques récurrentes des installations pétrolières par des groupes rebelles, entraînant une perte de revenus pour l’Etat, une forte inflation (+18%) et une pénurie de devises étrangères.

Avec une production de pétrole qui est passée de 2,17 millions de barils par jour en 2015 à 1,63 millions de barils aujourd’hui, le « secteur pétrolier a ralenti de 22% par rapport à l’année dernière », note le rapport du BNS publié, qui relève que le Nigeria a perdu sa place de premier exportateur de l’Afrique sub-saharienne, au bénéfice de l’Angola.

Le pétrole compte pour 70% des revenus du Nigeria et 90% des exportations. Le pays n’a jamais diversifié son économie depuis la découverte de l’or noir dans les années 1960.

Le ralentissement des exportations a entraîné une lourde pénurie de devises étrangères, handicapant l’économie du pays: les plus pauvres qui souffrent d’une forte augmentation des prix de biens de consommation de base, et la classe moyenne et supérieure ne trouve plus de dollars pour voyager à l’étranger.

Le secteur industriel (-2,9% selon le rapport) a été frappé de plein fouet par la dévaluation du naira et à cause de cette même pénurie, les grands acteurs économiques ne parviennent pas à importer leur matière première, payable en dollars, ou leurs fournisseurs.

Ce ralentissement du secteur industriel est « en partie du à la chute du taux de change, qui rend les importations plus coûteuses », note l’agence nationale.

Le président Muhammadu Buhari a longtemps refusé de laisser flotter la monnaie, pour empêcher une forte hausse des prix, mais cela a contribué à développer un circuit de change au marché noir.

Aujourd’hui, malgré la dévaluation de juin dernier, les cours officiels (320 nairas pour 1 dollar) n’arrivent pas à rejoindre les cours du marché noir (440 nairas pour un dollar), encourageant une économie à deux vitesses.

Le Fonds Monétaire international (FMI) a prévu une contraction du PIB de 1,7% pour le Nigeria pour 2016, une année noire de recul: la première depuis 20 ans selon l’agence Bloomberg.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
économienigeria

[GARD align="center"]

Related Articles

Les secteurs qui recrutent en Afrique

Selon les experts du FMI et de la banque mondiale, l’Afrique serait le futur eldorado et son entrée depuis peu

Le Salon MIDEST MAROC 2014, grand rendez-vous industriel au Maroc met l’Afrique à l’honneur

[GARD align= »center »] Le Salon MIDEST MAROC, l’un des grands rendez-vous industriels au Maroc met l’Afrique à l’honneur pour cette édition

Les tuk-tuks asiatiques déferlent sur l’Afrique

[GARD align= »center »] Il s’appelle « bajaj » en Tanzanie et en Ethiopie, « toktok » en Egypte, « raksha » au Soudan, « keke-marwa » au Nigeria: plus

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*