Nouveau conflit social en Afrique du Sud

Nouveau conflit social en Afrique du Sud

Au lendemain de la reprise des activités à Marikana, la tension subsiste dans certaines mines du pays où de meilleurs salaires sont réclamés. C’est le cas notamment dans la mine d’or d’Anglo et de Kopanang où un nouveau conflit social a éclaté.

conflit social en Afrique du Sud

Nouveau conflit social en Afrique du Sud (DR)

Les grévistes de la mine de Kopanang, qui emploie quelque 5.000 personnes, réclament plus de 12.500 rands par mois.

Leurs revendications sont quasiment similaires à celles des employés de Marikana, qui ont finalement accepté une augmentation de salaire en deçà de leurs attentes avec le groupe Lonmin.

Le gouverneur de la Banque centrale Gill Marcus a estimé que l’accord de Marikana pourrait créer un précédent dangereux.

Selon lui, les prochaines revendications salariales dans le secteur minier pourraient entraîner une hausse du taux de l’inflation qui est actuellement de 5%.

L’Afrique du Sud est l’un des plus grands producteurs mondiaux de métaux précieux.

Le pays détient 80% des réserves mondiales de platine connus et est le quatrième exportateur d’or.

Quelque 15.000 travailleurs employés par le groupe Gold Fields sont déjà en grève.

’’Environ 7% de la production d’or en Afrique du Sud est touchée par des conflits sociaux ’’, a expliqué à la BBC un analyste du secteur minier sud-africain.

Les tensions dans les mines sud-africaines se sont exacerbées quand la police a tué par balles 34 manifestants le 16 août.


Tags assigned to this article:
afrique du sudConflitmanifestation

Related Articles

Le nom de domaine Ebola.com vendu pour plus de 200 000 dollars

[GARD align= »center »] Le malheur des uns fait le bonheur des autres et l’épidémie d’Ebola a permis aux propriétaires du nom

CPI: le procès du président kényan Kenyatta reporté en novembre

Le procès pour crimes contre l’humanité du président kényan Uhuru Kenyatta, qui devait s’ouvrir le 9 juillet, a été reporté

Kenya: 7 tués dans l’attaque d’un bus vendredi, les shebab revendiquent

[GARD align= »center »] Sept personnes au moins, dont quatre policiers, ont été tuées dans l’attaque, vendredi soir, d’un autocar dans une

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*