Nouveau gouvernement du Sénégal: Macky Sall coupe la poire en deux

Nouveau gouvernement du Sénégal: Macky Sall coupe la poire en deux

[GARD align= »center »]

Le président sénégalais, Macky Sall

Le président sénégalais, Macky Sall

On connait, depuis dimanche soir, la composition du nouveau gouvernement du Sénégal dirigé par Mohamed Dione. Troisième Premier ministre du Sénégal, après seulement deux ans et quatre mois d’exercice du pouvoir de Macky Sall, Mohamed Dione va conduire une équipe gouvernementale de trente-trois ministres, dont trois ministres délégués. Les résultats des élections locales ont surtout pesé sur l’attelage gouvernemental.

Les sanctions sont tombées pour les ministres du précédent gouvernement du Sénégal ayant perdu lors des élections locales. Parmi ce lot de perdants, la région de Ziguinchor a payé le lourd tribut, avec le départ du gouvernement des désormais ex-ministres Haïdar El Aly (Pêches et Affaires maritimes) et Benoît Sambou (Jeunesse, Emploi et Promotion des Valeurs civiques). Ils ont été tous battus par le maire sortant de la ville, Abdoulaye Baldé, secrétaire général de l’Union des centristes Gaindé, à l’issue du scrutin du dimanche 29 juin dernier. Ainsi, le départ de Benoît Sambou de l’attelage gouvernemental profite, donc particulièrement, à Mame Mbaye Niang, qui hérite du ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la construction citoyenne.

[GARD align= »center »]

Le chef de l’Etat Macky Sall n’était certes pas candidat aux élections locales, mais il dirige la coalition qui s’appelle Benno Bokk Yakaar (BBY), et qui a perdu certains bastions électoraux comme Thiès. Thierno Alassane Sall (Infrastructures et Transports terrestres), Pape Diouf (Hydraulique et Assainissement, ex rewmiste, parti d’Idrissa Seck, opposition), Abdou Latif Coulibaly (Promotion de la Bonne gouvernance), Mor Ngom (Environnement) ont mordu la poussière dans les localités, dans lesquelles, ils s’étaient portés candidats. Et Macky Sall les a tous sabrés, de même que le secrétaire général du gouvernement Seydou Guèye (APR au pouvoir), qui a perdu son combat pour la mairie de Médina (Dakar). Si Abdoulaye Daouda Diallo conserve le stratégique ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique, c’est parce qu’il a réussi à bien organiser les élections locales et demeure, en même temps, l’homme de confiance du président.

Abdoulaye Baldé (Environnement et du développement durable) Abdoulaye Diouf Sarr (Tourisme et des Transports Aériens), Mariama Sarr (retour au département de la Femme, de la Famille et de l’Enfance) et Matar Ba (Sports) sont récompensés grâce à leur victoire acquise aux élections locales. Le beau frère du chef de l’Etat Mansour Faye (Hydraulique et Assainissement), Viviane Bampassy (Fonction publique, Rationalisation des effectifs et Renouveau du service public) font leur entrée au gouvernement pour la première fois, de même que Yaya Abdoul Kane (Postes et Télécommunications) et Mansour Elimane Kane (Infrastructures, Transports terrestres et Désenclavement).

Birima Mangara (en charge du Budget) Moustapha Diop (Microfinance et Economie solidaire) et Fatou Tambédou (Restructuration des banlieues), sont les trois ministres délégués, sans compter une équipe de cinq secrétaires d’Etat chargés de l’accélération de la réforme de l’administration centrale.

[GARD align= »center »]

Sidiki Kaba, Garde des Sceaux,  ministre de la Justice, Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Amadou Ba, ministre de l’Economie, des Finances et du plan, Papa Abdoulaye Seck ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Awa Marie Colle Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale, Augustin Tine, ministre des Forces Armées, Aly Ngouille Ndiaye ministre de l’Industrie et des Mines, Mary Teuw Niane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Alioune Sarr, ministre du Commerce, du secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l’Elevage et des productions animales, Mamadou Talla (Formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat), Serigne Mbaye Thiam, (Education Nationale), Khoudia Mbaye, (Promotion des investissements, des partenariats et du développement des téléservices de l’Etat), Mansour Sy (Travail, du dialogue social, des organisations professionnelles et des relations avec les institutions) et Maimouna Ndoye Seck (Energie et du Développement des Energies Renouvelables) conservent leur portefeuille. Mbagnick Ndiaye qui était au Sport rejoint la Culture et la Communication, à la place d’Abdoul Aziz Mbaye, chassé.

Diène Farba Sarr est ministre du Renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie, Oumar Youm hérite du ministre de la Gouvernance Locale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, porte parole du Gouvernement et Oumar Guèye pilote le ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime.

Baba Mballo
Dakar – Oeildafrique.com

[wp_ad_camp_4]

 

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
gouvernementmacky sallsénégal

Related Articles

Zambie : Michael Sata tire à boulets rouges sur l’Europe par rapport aux guerres en Afrique

[GARD align= »center »] Michael Sata, le président zambien est sans langue de bois. Il accusé vendredi les pays européens d’être derrière

Togo: Un nouveau président à la tête de l’Université de Lomé

[GARD align= »center »] Le Professeur Dodzi Komla Kokoroko a officiellement pris fonction mardi en tant Président de l’Université de Lomé. Le

Nelson Mandela toujours dans un état critique mais stable

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, qui aura 95 ans le 18 juillet, est toujours dans un état critique mais stable

3c ommentaires

Espace commentaire
  1. Max
    Max 7 juillet, 2014, 11:16

    Je me demande si le Senegal veut être autonome, independant; jen y crois pas du tout

    Répondre à ce commentaire
  2. Beatriz
    Beatriz 7 juillet, 2014, 14:09

    Qu’est-ce que tu penses sont le plus grand probleme avec le gouvernement du Senegal?

    What do you think is the biggest problem with the Senegal’s governement?

    Répondre à ce commentaire
  3. Max
    Max 7 juillet, 2014, 20:35

    Surtout qu’il ne veut assurer qu’il doit voler de ses propres ailes! C ‘est un constat ! La colonisation est terminé depuis 1960. Il faut se prendre en charge, il faut oublier la Francafique!

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*