Occupation abusive des trottoirs de Brazzaville par des vendeurs à la sauvette

Occupation abusive des trottoirs de Brazzaville par des vendeurs à la sauvette
Vendeurs à la sauvette de Brazzaville

Économie informelle : Une vente à la sauvette au Congo-Brazzaville.

Les marchands ont repris du terrain le long des avenues et la circulation est devenue presqu’impossible, nonobstant l’opération de déguerpissement lancée par les autorités de la mairie le 11 septembre de l’année dernière.

Une pression ponctuelle de déguerpissement avait semblé produire de bons résultats au lendemain de la mise en exécution du processus par la mairie. Mais à présent et depuis environ six mois, le phénomène tant décrié a considérablement augmenté à Mikalou et Texaco la Tsiémé dans le sixième arrondissement, au marché Total dans le deuxième arrondissement Bacongo, au marché Poto-Poto dans le troisième arrondissement et à Moukondo dans l’arrondissement 4 Moungali.

Le constat a prouvé qu’ils sont pour la plupart des vendeurs étrangers, plus de 50% à Mikalou et ailleurs et pensent avoir de meilleurs gains en s’échappant à toutes obligations coercitives de l’autorité publique. Ils sont mobiles et font de la vente ponctuelle à la criée avec une variété de produits changeant quotidiennement. Ils écoulent des marchandises de seconde main, au prix le plus offrant, au détriment des commerçants et vendeurs réguliers installésdans lesmarchés de la place, soumis à une taxation journalière de 100 FCFA par activité. « Face à l’impuissance des autorités municipales, chacun fait ce que bon lui semble.Il n’y a plus de passage ici, tout le monde est obligé de se disputer la chaussée avec les automobiles et le vol prend des dimensions inquiétantes. Quant aux embouteillages dans cette zone prise d’assaut par ces vendeurs anarchiques, c’est insupportable. Nous demandons que ces vendeurs à la sauvette intègrent le marché comme les autres », a confié un habitant de Mikalou ayant requis l’anonymat.

L’occupation de ces espaces débute à 7 heures du matin. Dès ce moment, les alentours des marchés, notamment les trottoirs, sont saturés de personnes et de biens. L’on y trouve des marchandises étalées à même le sol et sur des étalages artisanauxmobiles.Par ailleurs, en soirée, en sus de ce qu’on trouve depuis le matin, s’ajoutent les vivres frais, notamment les poissons de mer, d’eau douce et salés ainsi que les légumes. Les vivres sont installés le long de la chaussée, en concurrence avec le passage des voitures et sans un quelconque regard
des services d’hygiène, d’assainissement et de sécurité alimentaire. Selon un acheteur à Texaco-Tsiémé, cette occupation du trottoir est à l’origine de nombreux maux, parmi lesquels l’éclosion de l’incivisme et du vol, les embouteillages, la faiblesse de l’État à établir son autorité et même l’établissement d’un manque à gagner considérable dans le système de gestion de la mairie.Parkings et débits de boisson s’étalent sur le domaine public Outre les produits destinés à la vente ordinaire, à savoir les vivres, vêtements, ustensiles de cuisine, etc., le domaine public est aussi jonché d’épaves de voitures, de voitures en bon état, de décharges de dépôts de boisson, d’espaces où se tiennent diverses réunions, des débits de boisson et des vidéoclubs.

L’opération du 11 septembre visait à détruire tout objet érigé anarchiquement sur le domaine public, notamment les marchés parallèles, les extensions anarchiques des marchés domaniaux, les conteneurs et kiosques placés surle domaine public, le déploiement anarchique de banderoles, l’organisation anarchique d’activités culturelles et sportives, les parkings pour lavage de véhicules sur les trottoirs, les parkings de nuit pour autos, les garages surle domaine public, les épaves de véhicules abandonnées sur le domaine public, les dancings, les habitations et autres structures obstruant la voie publique.

Pourtant dans sa phase exécutoire, l’opération de déguerpissement des domaines publics avait recueilli un franc succès. Et l’on se demande pourquoi si peu de temps… « D’où vient que cette opération soit arrêtée, alors que la canalisation des artères principales de la ville est obstruée par des actes inciviques posés par des gens qui le font à dessein et qui savent que cela va de pair avec leur santé ! », s’est exclamé un habitué du marché Total à Bacongo. Signalons que l’opération qui permettra de mettre fin à l’occupation anarchique du domaine public observée depuis un certain temps à Brazzaville mérite d’être réévaluée, comme cela a été le cas le 3 octobre à l’hôtel de ville. À cette occasion, le président du conseil municipal et maire de la ville de Brazzaville, Hugues Ngouelondélé, avait pu identifier les problèmes réels du succès et de l’échec du processus. Il proposait, à l’époque, la mise en place d’une commission d’évaluation régulière pour effectuer un contrôle journalier ou hebdomadaire.

Cette commission aura la charge de faire pour chaque mairie un rapport sur l’avancement de l’opération de déguerpissement du domaine public. Elle veillera aussi aux dépenses qu’auront effectuées les maires d’arrondissement pour l’exécution de ladite opération.

Willy Mbossa


Tags assigned to this article:
brazzavillecongonewsvendeurs

Related Articles

Premier tour des législatives au Congo-Brazzaville

Près de deux millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour élire 136 des 139 députés de la future assemblée. Le

Brazzaville expulse un ex communicant de l’ambassade française pour conspiration

[GARD align= »center »] Employé à l’ambassade française à Brazzaville entre 2011 et 2013, Jérémy Filippi avait pour mission, entre autres, de

Congo : Le général Jean-Marie Michel Mokoko de nouveau inculpé

[GARD align= »center »] Le général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, inculpé et détenu depuis mi-juin

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*