On s’ennui devant la TV congolaise !

On s’ennui devant la TV congolaise !
Même à l’étranger, je reste un accroc du petit écran. Naturellement, à peine arrivé à Kinshasa, en RDC, j’ai allumé la télé…

Manque de pot, je tombe sur une plage de pub. Alors j’attends qu’elle passe pour découvrir les programmes. Mais ça n’arrête pas et, forcément, ça attire mon attention.

De spot en spot, je me rends compte que deux brasseurs locaux se sont partagé les chanteurs de ndombolo autour de « Primuuus, la seule vraie bière ! » et « Skoool la bière qui restera ».

Je zappe : c’est l’heure des infos congolaises en swahili et en lingala, deux des langues nationales les plus parlées. Passons.

A la troisième chaîne, on diffuse un téléfilm nigérian doublé en lingala par une seule voix off ! Le type fait toutes les voix, femmes et enfants compris. Zapping rageur.

Et là, c’est un pasteur évangélique qui hurle la bonne parole devant une assemblée en transe. Je décide de revenir à la première chaîne où, raisonnablement, on doit en avoir fini avec la pub. Peine perdue.

Un écran noir m’attend, barré du titre « communiqué ». En fond sonore, une voix compassée déroule le programme des obsèques d’un quidam ! Voilà qu’elle se prend pour la radio !

Déprimé, je décide d’aller me plaindre chez les confrères de la télé du service public. Las ! L’immeuble d’une vingtaine d’étages n’a pas un seul ascenseur en état de marche. Ecœuré, je rentre à l’hôtel, commande une Primus et me branche sur Radio Okapi.

Par Georges Dougueli, journaliste à Jeune Afrique
Zut ! j’ai allumé la télévision congolaise !)



Related Articles

Jésus et Marie apparaissent dans un hôpital

Un hôpital malaisien a vu affluer des centaines de personnes persuadées que Jésus et la vierge Marie étaient apparus sur

Madonna huée pour avoir appeler à voter Obama

La chanteuse américaine a été sifflée par certains spectateurs lors de l’un de ses concerts. Elle avait demandé à son

Le phénomène d’obscénité a atteint la capitale Brazzaville

Après les chansons aux paroles obscènes très en vogue au Congo, un autre phénomène a atteint le pays: les actes

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*