Ouganda: Museveni l’a dit et il a promulgué la loi anti-homosexualité

Ouganda: Museveni l’a dit et il a promulgué la loi anti-homosexualité

[GARD align= »center »]

Le président ougandais Yoweri Museveni

Le président ougandais Yoweri Museveni

Il l’a dit et il l’a fait. Yoweri Museveni, le président ougandais a finalement promulgué ce lundi la loi punissant l’homosexualité que le président Yoweri Museveni avait voulu entre temps ignorer en estimant que les homosexuels ne devraient pas être jetés en prison. La loi en question durcit la répression de l’homosexualité. L’annonce de la promulgation a été faite par l’un des porte-parole de la présidence ougandaise. « Le président vient de signer la loi anti-homosexualité (…) la loi entre de ce fait en vigueur », a déclaré Sarah Kagingo.

Le président ougandais n’a même pas entendu l’appel de l’archevêque sud-africain, Desmond Tutu qui lui a demandé dimanche de renoncer à la loi.

Les autorités ougandaises ont indiqué il y a quelques jours que la loi est destinée à protéger la moralité du pays même si cela doit se traduire par une réduction de l’aide internationale. Le président Yoweri Museveni a donc signé la loi en dépit de pressions internationales dont celles des Etats-Unis.

Ce n’est pas la première loi qui punit les relations homosexuelles en Ouganda. Une autre législation requiert déjà la prison à vie contre les homosexuels. Cette fois-ci, La nouvelle loi adoptée mi-décembre par le Parlement, interdit notamment toute « promotion » de l’homosexualité et rend obligatoire la dénonciation de quiconque s’affichant homosexuel. Les dispositions les plus controversées, prévoyant la peine de mort en cas de récidive ou de rapport avec un mineur ou en se sachant porteur du virus du sida, ont été abandonnées, mais la loi reste très critiquée.

Elle est critiquée par les défenseurs des droits de l’Homme et des gouvernements occidentaux, en particulier des Etats-Unis, un allié clé de Kampala. Washington avait notamment récemment averti que l’entrée en vigueur de cette loi « compliquerait (ses) relations » avec Kampala. Mais les autorités ougandaises n’en ont que faire des pressions.

« Le président ne peut pas être sous pression des groupes de pression internationaux (…) il a fait savoir clairement que quelle que soit sa décision (concernant la loi) elle serait prise dans l’intérêt de l’Ouganda et non de l’étranger. L’Ouganda est un pays souverain et ses décisions doivent être respectées « , a expliqué lundi Tamale Mirundi, un autre porte-parole.

M. Museveni, pieux chrétien évangélique affiché, avait déjà début février promulgué une loi antipornographie, interdisant notamment certaines manières de s’habiller « provocatrices », bannissant les artistes légèrement vêtus de la télévision ougandaise et surveillant de près les sites consultés par les internautes.

[GARD align= »center »]

L’Ouganda est pratiquement un pays homophobe. Les hommes et femmes homosexuels y sont fréquemment soumis à des menaces ou subissent des violences. Des militants des droits de l’homme y ont rapporté des cas de viols collectifs de lesbiennes. En 2011, un militant des droits des homosexuels, David Kato, avait été poignardé à mort à son domicile après la publication dans un journal de noms, photos et adresses d’homosexuels vivant en Ouganda sous le titre: « Pendez-les ».

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
homosexualitéloiMuseveniOuganda

Related Articles

Zimbabwe : Robert Mugabe ne déteste pas les Britanniques

[GARD align= »center »] « Harare préférerait entretenir de meilleures relations avec l’Occident, pourvu que ses dirigeants se rendent enfin compte que le

Deux hauts gradés rwandais formellement accusés d’incitation au soulèvement

 [GARD align= »center »] L’ancien chef de la garde présidentielle rwandaise et un général en retraite, récemment arrêtés au Rwanda, ont été

Soudan : La CPI fait recours au conseil de sécurité de l’ONU pour arrêter Omar el-Bechir

Depuis 2009, le président soudanais Omar el-Bechir est visé par deux mandats d’arrêt émis par la CPI. Face au refus

3c ommentaires

Espace commentaire
  1. sanoh oumar
    sanoh oumar 25 février, 2014, 15:10

    J’aime cette décision et j’ai pas autre chose à commenter si ce phénomène ne disparaît pas ça serait une grande catastrophe humanitaire, le chemin de Dieu est oublié, les chefs religieux et les grandes puissances aussi supportent l’Homo sexualité…où va le monde? et maintenant:les tremblement de terre inondations la sécheresse les criminalités relation amoureuse entre deux personnes de même sex, si Allah soubouhana existe un jour viendra nous payeronts tous les droit chemin le coran et la bible nous à enseignés que Dieu protège ce monde perdu dont sa population est guidé par satan…

    Répondre à ce commentaire
  2. A.K
    A.K 26 février, 2014, 10:41

    Dieu est à tes cotés cher Président et nous te soutenons dans la prière! Que Dieu soit loué !

    Répondre à ce commentaire
  3. AIDER
    AIDER 27 février, 2014, 19:20

    tenez vous bien papa museveni ne lache pas a vos decisions meme si les hommes arrivent a vous couper la tete. il est dit que le juste vivra par la foi.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*