Ouverture du Forum de Brazzaville pour la paix en Centrafrique

Ouverture du Forum de Brazzaville pour la paix en Centrafrique

[GARD align= »center »]

Des soldats français de l'opération Sangaris patrouillent le 13 juillet 2014 à Bangui | AFP/Archives | Pacôme Pabandji -

Des soldats français de l’opération Sangaris patrouillent le 13 juillet 2014 à Bangui | AFP/Archives | Pacôme Pabandji –

Une nouvelle tentative de réconciliation nationale destinée à ramener la paix en Centrafrique doit se dérouler de lundi à mercredi à Brazzaville mais elle est mal partie avant même d’avoir commencé.

Selon le groupe de contact international sur la Centrafrique (une trentaine de pays ou organisations internationales) qui en est l’initiateur, l’objectif du « Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique » est de « convenir de l’arrêt de toutes les violences », avec la signature d’un « accord de cessation des hostilités, du désarmement des groupes armés et d’un nouveau cadre politique de la transition ».

Pourrait alors suivre, dans quelques semaines, et si les armes se taisent pour de bon, un dialogue inter-centrafricain dans le pays et dans les camps de réfugiés, avant un éventuel forum national de réconciliation et de reconstruction en octobre à Bangui.

Depuis le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par la rébellion Séléka, la Centrafrique est plongée dans le chaos. Les violences intercommunautaires quasi-quotidiennes ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

Les ex-rebelles Séléka, majoritairement musulmans, et les milices anti-balaka (majoritairement chrétiennes) s’affrontent dans un cycle meurtrier et sanglant d’attaques et de représailles dont les civils sont les premières victimes.

A Brazzaville, les autorités congolaises attendent près de 170 représentants centrafricains: membres du gouvernement et du parlement de transition, des groupes armés, des partis politiques et de la société civile.

Mais à 48 heures de l’ouverture, le choix des participants restait un problème majeur.

Du côté de la Séléka et des anti-balaka, les divisions internes, d’un côté comme de l’autre, compliquent le choix d’un interlocuteur assez représentatif et influent pour engager un processus de paix solide.

La classe politique et la « société civile », elles, sont divisées sur l’opportunité d’aller à Brazzaville, certains réclamant que la réunion se tienne à Bangui.

[GARD align= »center »]

– Gestion contestée de la crise –

Cette question de la représentativité et le peu de temps prévu pour la rencontre risquent « de peser sur sa réussite et sur la mise en oeuvre des décisions qui y seront prises », estime Thierry Vircoulon, directeur du programme Afrique centrale du cercle de réflexion International Crisis Group.

Plusieurs partis politiques et chefs religieux centrafricains – toutes confessions confondues – ont déjà annoncé leur refus de se rendre à Brazzaville, jugeant plus opportun d’organiser le forum dans leur pays.

L’interventionnisme des pays de la région pour tenter de régler la crise est mal vécu, qu’il s’agisse du Gabon ou du Tchad, qui ont abrité des sommets n’ayant rien arrangé, ou encore du Congo, dont le président Denis Sassou Nguesso assure la médiation pour la crise centrafricaine au nom de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

A côté de ses pairs des pays voisins, la présidente de transition de la Centrafrique, Catherine Samba Panza, qui a confirmé sa présence à Brazzaville, en est réduite à un rôle de figurante.

« Le refus de certains d’aller à Brazzaville exprime un rejet ou une critique de cette gestion par la région », considérée comme une mise sous tutelle qui a échoué jusqu’à présent, commente M. Vircoulon. Les pays voisins, eux, manifestent leur exaspération face à une classe politique centrafricaine qu’ils jugent indigente.

[GARD align= »center »]

En dépit du déploiement d’une force africaine (Misca) et française (opération Sangaris), la Centrafrique, ancienne colonie française riche en pétrole, en uranium et en diamants, reste livrée aux violences et aux pillages et traverse une grave crise humanitaire avec des centaines de milliers de déplacés.

– Avec AFP

[wp_ad_camp_4]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
CentrafriqueguerrenégociationsassouSéléka

Related Articles

Le Zimbabwe n’a pas d’argent pour organiser les élections

Faute d’argent, le Zimbabwe a lancé un appel à des donateurs étrangers pour aider à financer les élections générales prévues

La CPI demande l’arrestation immédiate du fils de Kadhafi

[GARD align= »center »] La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé mercredi l’arrestation immédiate du fils de Mouammar Kadhafi,

La Centrafrique, une affaire de sécurité nationale pour N’Djamena

Parrain historique de la Centrafrique, le régime tchadien a désormais décidé d’imposer directement sa loi à Bangui via le président

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*