Alerte Infos

Paris : saisie d’un Boeing 757 d’Ecair

Paris : saisie d’un Boeing 757 d’Ecair
Ecair

Image d’archive|La compagnie aérienne nationale du Congo, Equatorial Congo Airlines (ECAir)

La compagnie aérienne nationale du Congo, Equatorial Congo Airlines (ECAir) a été empêché de redécoller de l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, le 12 avril, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre Brazzaville. Son Boeing 757 a été saisi à l’aéroport de Paris Charles De Gaulle, selon La Lettre du Continent.

La direction de cette compagnie qui conteste cette décision souligne que son appareil est couvert par les conventions internationales, d’une part, et les faits, objets de la procédure ne concernent pas ECAir, d’autre part.

« Dans la mesure où notre compagnie exploite une ligne régulière entre le Congo et la France pour le transport de passagers, elle exerce une activité de transporteur public dont les appareils, ne peuvent, en principe, et sauf exception prévue par les textes, faire l’objet d’une saisie conservatoire », précise le communiqué.

Quelque 200 passagers de la compagnie, qui a récemment ouvert ses portes à Dakar pour une desserte Brazzaville-Dakar via Bamako, ont dû être débarqués. Cette saisie effectuée par Henri Mercieca, huissier de justice, entre dans le cadre du litige  commercial opposant, depuis près de vingt ans, le patron des Brasseries africaines de Brazzaville (BAB), François Odzali, aux autorités congolaises, révèle La Lettre du Continent.

L’homme d’affaires congolais avait intenté une action en justice après la destruction de son complexe industriel, en 1997, au Congo-B, en raison de la guerre civile. Alors que la justice de son pays lui avait donné gain de cause quelques années plus tard, François Odzali n’a jamais pu se faire dédommager. Le 18 mars, la Cour de cassation française a confirmé un jugement du Tribunal de grande instance de Paris condamnant Brazzaville à lui verser plus de 70 millions €. L’Etat congolais est défendu sur ce dossier par Olivier Loizon (cabinet Scemla Loizon Veverka & De Fontmichel).

Selon le direction d’ECAir, les exceptions prévues à l’article L.123.2 visent donc, outre les sommes pour l’achat de l’appareil qui ne sont pas ici en discussion, celles dues pour équipements, la formation des équipages, et du personnel d’entretien au sol ainsi que la maintenance.

En vue de trouver solution à la situation, des avocats de la compagnie congolaise seraient à pieds d’œuvre afin de récupérer le Boeing pour qu’il regagne la flotte d’ECAir constituée aujourd’hui de sept aéronefs desservant une dizaine de destinations au départ de Brazzaville.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
brazzavilleEcairparis

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Affaire de diffamation: Jeune Afrique condamné par la justice française

[GARD align= »center »] La justice française a condamné l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique dans une affaire de diffamation liée à l’ancien ambassadeur de

Rwanda : Paul Kagamé ne fait pas de mystère sur ses intentions de rester au pouvoir après 2017

[GARD align= »center »] A l’occasion du vingtième anniversaire du génocide rwandais, le président rwandais Paul Kagame donne depuis le début de

Congo : Charles Bowao menace Sassou Nguesso d’une grande insurrection

[GARD align= »center »] Charles Zacharie Bowao, l’ancien ministre de la Défense de Denis Sassou Nguesso ne cache plus ses appréhensions contre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*