Patrick Mbeko: « La décision du président Kenyatta est extrêmement grave pour l’Afrique »

Patrick Mbeko: « La décision du président Kenyatta est extrêmement grave pour l’Afrique »
Le président kényan Uhuru Kenyatta à la Cour pénale internationale, le 8 octobre 2014 à La Haye| AFP

Le président kényan Uhuru Kenyatta à la Cour pénale internationale, le 8 octobre 2014 à La Haye| AFP

Le siècle d’exploitation et de domination de l’Afrique par l’Occident se poursuit a déclaré le président Uhuru Kenyatta du Kenya lors d’une allocution devant le Parlement de son pays, avant de prendre l’avion pour se rendre à la Cour Pénale Internationale (CPI) où il a été inculpé de crimes contre l’humanité.

Peu importe les raisons ayant motivé l’action du président Kenyatta, je trouve cette décision extrêmement grave. Je suis très déçu. Déçu parce qu’encore une fois, un chef d’État africain respecté et respectable vient de faire honte à tout un continent en montrant à la face du monde que nous demeurerons à jamais de vrais esclaves. Un grand chef d’État comme lui, répondre devant une cour politique au service de l’impérialisme occidental !!! Il va se placer devant des juges aux motivations obscures et une autre « peau noire masque blanc » nommée Fatou Bensou… quelque chose, la procureure.

Le président a lui-même affirmé que la CPI est une cour politique qui ne s’attaque qu’aux Africains, mais que va-t-il faire là-bas ?

Le pire dans l’histoire, c’est que le dossier est vide, la procureure a admis ne pas disposer de preuves suffisantes. Le président Kenyatta a-t-il seulement réfléchi aux conséquences que son acte peut entraîner dans le mécanisme psychique de cette jeunesse africaine qui appelle de tous ses vœux à un sursaut d’orgueil de la part des dirigeants africains face aux assauts répétés des impérialistes occidentaux qui utilisent toutes ces organisations-pièges (FMI, BM, OMC, CPI…) pour dominer l’Afrique et ses habitants ? Quel message compte-t-il faire passer quand on sait qu’il y a peu, l’Union Africaine (UA) affirmait haut et fort qu’elle n’entend plus céder aux « caprices » de cette cour pénale occidentale ? Les dirigeants africains ne mesurent pas la portée de certaines actions qu’ils posent. Est-ce le poids de l’aliénation mentale, culturelle et intellectuelle qui caractérise la plupart de nos dirigeants ?

Je ne peux observer cette histoire sans me remémorer les paroles de John Laughland (directeur du Think Tank « Institut pour la Démocratie et la Coopération ») lors d’une discussion que nous avons eue dans son bureau à Paris l’été passé. Nous devrions travailler sur un projet lié à la CPI, projet qui devait être remis aux responsables de l’UA. En parlant de la grogne des chefs d’État africains au sujet de la CPI, John a dit, je cite : « Tout dépend des dirigeants africains. Ils ne peuvent pas demander une chose et son contraire… » Le président Kenyatta vient d’en faire la preuve. Est-ce le continent africain qui est maudit ou ses leaders qui sont complètement déconnectés ? Triste jour pour une Afrique qui se veut souveraine…

Patrick Mbeko
Analyste de questions géopolitiques

Patrick Mbeko

Patrick Mbeko

L'analyste des questions géopolitiques.


Tags assigned to this article:
CPIkenyaprésidentUhuru Kenyatta

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

La problématique de l’héritage au Congo Brazzaville

 [GARD align= »center »] S’il y a des préoccupations sociales qui demeurent toujours pendantes au sein de la société congolaise dans sa

Le président kényan Uhuru Kenyatta accepte la convocation de la CPI

 [GARD align= »center »] Le chef d’Etat kényan Uhuru Kenyatta a annoncé lundi qu’il se rendrait mercredi « à titre personnel » à une

Dialogue national en RDC : Pour l’exigence du choix des meilleures compétences

Le dialogue national initié par le président Joseph Kabila suscite un vif intérêt auprès des Congolais de l’étranger. Ils se

14c ommentaires

Espace commentaire
  1. Maxime Adoko
    Maxime Adoko 8 octobre, 2014, 18:05

    très belle analyse, mon frère…si seulement nos leaders pouvaient réfléchir un seul instant sur la portée de certaines de leurs actions qui discréditent tout le continent noir……

    Répondre à ce commentaire
  2. DANGABO MAMADOU Sanislas
    DANGABO MAMADOU Sanislas 8 octobre, 2014, 19:16

    C’est totalement aliénant de la part de ce chef de l’Etat,de surcroît en fonction,de s’humilier en se rendant devant cette parodie de justice partiale qui ne détecte que la couleur noire dans ses viseurs télescopiques,UHURU Kenyantta vient de poser un acte politique grave de conséquence pour l’honneur de l’Union Africaine,n’a-t-il pas vu la fierté du Président soudanais dont l’UA a salué le courage?

    Répondre à ce commentaire
  3. klerr
    klerr 8 octobre, 2014, 20:12

    Wèèèèèèèèèèèèèè AFRICA ééééééééééé!!!!!!!!!

    Répondre à ce commentaire
  4. abdoulayebah
    abdoulayebah 8 octobre, 2014, 22:26

    Chers frères, s’il n’y avait pas la CPI, où et qui jugerait les dirigeants africains qui sont soupçonnés d’avoir commis des crimes contre leurs peuples et l’humanité? L’impunité dans les pays africains est la règle pour les oligarchies mafieuses qui nous dirigent.

    En Guinée, par exemple, aucun des responsables du massacre du 28 septembre 2009 n’a été inquiété, meme si la justice guinéenne a accusé formellement certains d’entre eux. Le responsable de la brigade anti-criminalité occupe toujours les memes fonctions qu’il occupait lors de la sanglante répression de cette funeste journée. Ceci n’est qu’un exemple, car depuis l’indépendance, l’histoire de la Guinée est parsemée de violences extrajudiciaires qui sont resté impunies depuis les crimes des camps de concentration de sinistre mémoire de Sékou Touré.

    D’autre part, si ce sont principalement les dirigeants africains qui comparaissent devant la CPI, c’est parce que nos pays ont signé l’adhésion de leurs pays à cette Cour.

    Je trouve courageux et honnête de la part de M. Uhuru Keynatta de quitter provisoirement ses fonctions pour se présenter devant la Cour qui doit établir s’il a eu une responsabilité quelconque lors de ces affrontements fraternels qui ont couté la vie à des milliers de ses compatriotes qui n’avaient que le tort d’appartenir à une ethnie différentes de ceux qui les massacraient. C’est qu’il n’a peut-être rien n’a cacher.

    Répondre à ce commentaire
    • YuriLudovic
      YuriLudovic 9 octobre, 2014, 02:38

      Abdoulaye Bah,ton raisonnement est purement rudimentaire (excuse moi),Bachar n’est jamais passé à la CPI,en Irak,on ne voit personne de la bas passé à la CPI,en Israel t’as vu quel chef isrfaelien passé à cette Cour?tu as vu Poutine passé la bas aussi?il te faut lire l’interview de Barck Obama concernant la CPI,salut.

      Répondre à ce commentaire
  5. KUKUNIUNGU Marechal Nekongo
    KUKUNIUNGU Marechal Nekongo 8 octobre, 2014, 22:31

    Triste Kenyatta n’est qu’un enfant pas du tout un Leader c une honte pour toute l’Afrique…Ludikikilu…Ekovider teee…tozali awa…Ingeta Sese Seko…

    Répondre à ce commentaire
    • Afrecain
      Afrecain 9 octobre, 2014, 09:26

      Mes frères je suis de votre avis mais une question me passer par la tête. Quelles sont les responsabilités des anciens présidents Français et Américain dans tout ça? Par Exemple le massacre de la RDC, Rwanda, Lybie, Soudan,………………….. La justice Internationale ne doit pas être que des neigres et neigriers

      Répondre à ce commentaire
  6. fofana
    fofana 9 octobre, 2014, 15:45

    Il fallait cette cpi pour arrêter les bains de sang orchestré par les dirigeants africain. C’est vrai qu’il y a des failles mais je pense bien qu’il faut garder cette CPI comme moyen de pression pour éviter que les dirigeants africain arrête de s accrocher au pouvoir coûte que coûte

    Répondre à ce commentaire
  7. David
    David 9 octobre, 2014, 17:38

    Cette cour ne juge pas que les Africains. Les auteurs de crimes en ex-yougoslavie ont été jugés aussi! Il me semble que M. Mbeko est partiel dans son analyse. En faire une affaire raciale est totalement injuste et plutot racial en soit…

    Répondre à ce commentaire
  8. David
    David 9 octobre, 2014, 18:13

    Alors, Mr. Mbeko, tu ne postes pas de commentaires qui te critiquent? J’ai honte à ta place pour le fait que tu propages des idées négatives qui incitent au racisme. Tu es le parfait exemple d’un type qui essaie d’impressioner avec des mots mouillés de frustrations, sois-disant venant d’une personne éduquée mais en réalité ne sortant que d’une bouche d’un imposteur. Et tu te poses la question pourquoi l’Afrique n’avance pas…Regarde toi dans le miroire 😉

    Répondre à ce commentaire
    • Shabakaa
      Shabakaa 10 octobre, 2014, 13:01

      VIETNAM, IRAQ, AFGHANISTAN, LYBIE…plus de 4-5 millions des innocents MASSACRER par l’OTAN et ses généraux. Pas un seul ne verra la CPI.
      C’est extrêmement grave de lire les Africains donner du crédit a une institution qui fonctionne sellons les mêmes principes que FMI et banque mondiale. La vérité est que les dirigeants africains manquent ce que le jeune KEMI SEBA qualifie de DE VIRILITÉ IDÉOLOGIQUE !!! L’AUTODÉTERMINATION que professait Marcus Garvey, que prêchait Kwame, que SANKARA a pratiquer est une idéologie MEURTRIÈRE….et les Africains, nous le savons tous, SONT DES PEUREUX !!!
      En faisant plier UHURU, les impérialistes ont PIÉTINER sur le combat de son père, KENYATTA, le grand résistant Africain et père de la nation Kényane.
      L’humiliation des Africains se porte plutôt bien….
      UHURU.

      Répondre à ce commentaire
  9. Norbert
    Norbert 10 octobre, 2014, 02:10

    Je m’étonne en lisant cet article!? M. Mbeko connaissez-vous le fonctionnement de la justice qu’elle soit politisée ou pas!? Le Kenya étant signataire de la CPI, auriez-vous préféré qu’il soit interdit de sortir de chez lui comme le président du Nord Soudan?

    Si le dossier est vide, c’est encore mieux de le faire apparaître aux yeux de tous en y allant et aux yeux de son peuple, c’est un homme de courage qui fait face au monde.

    Dans l’art du combat, se baisser n’est pas signe de faiblesse, c’est une stratégie qui permet d’éviter des coups inutiles.

    Votre analyse est émotionnelle, partisane, manque de vision globale, manque d’informations et ignore l’art du vrai combat.

    Prenez du recul et laissez le temps au temps, nous pourrons alors savoir la portée de cet acte!

    N’accusons pas de façon prématurée, un homme ne prend pas ume telle décision à la légère! Un homme d’état ne me pas le pouvoir dans les mains d’un autre et ne prend pas un avion de ligne simple par hasard et sans garanties!

    Répondre à ce commentaire
    • Lisembe
      Lisembe 20 octobre, 2014, 04:15

      « Votre analyse est émotionnelle, partisane, manque de vision globale, manque d’informations et ignore l’art du vrai combat. » Merci d’avoir tout dit dans une seule phrase.

      Répondre à ce commentaire
  10. kambale loic
    kambale loic 10 octobre, 2014, 23:53

    je salue l’acte de bravoure affiché par le président KENYANT,Il vient justement de montrer aux yeux du monde entier que La CPI comme l’ONU est « machin » il revient maintenant aux peuples et gouvernements africain de dératifier de ces deux institutions qui ne sont rien d’autres des machines néocolonialiste au service de l’impérialisme occidental.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*