Une pétition internationale lancée en Côte d’Ivoire pour la libération de Gbagbo

[GARD align= »center »]

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo au premier jour de son procès devant la CPI, le 28 janvier 2016.

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo au premier jour de son procès devant la CPI, le 28 janvier 2016.

Une pétition internationale initiée par l’écrivain ivoirien Bernard Dadié vise à recueillir plus de 20 millions de signatures pour la libération de l’ancien président Laurent Gbagbo, qui comparaît à la Cour pénale internationale (CPI) pour « crimes contre l’humanité » lors des violences postélectorales de 2010-2011.

Le leader de Liberté et démocratie pour la République (Lider), Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale, a « donné sa caution » à cette initiative de l’écrivain, dramaturge et homme politique ivoirien Bernard Dadié avec qui il a échangé lundi à son domicile.

Cette pétition en soutien à M. Gbagbo, premier ex-président jugé par la CPI, vise à recueillir plus de 20 millions de signatures, à travers la planète.

« Pour accompagner ce vaste mouvement de résistance face à l’imposture et comme un devoir de conscience devant l’histoire (…) les signataires exigent la libération de Laurent Gbagbo », a dit M. Dadié (100 ans), lors du lancement officiel de la pétition.

Il s’agit de « montrer au monde que la place de Laurent Gbagbo n’est pas à la CPI mais bien auprès des siens dans son pays », a ajouté l’écrivain ivoirien, auteur de Carnet de prison, un roman sorti en 1950, qui évoque « un des plus grands procès politique de l’Afrique noire ».

M. Gbagbo a été remis à la CPI le 30 novembre 2011 et sa première comparution devant la Chambre préliminaire a eu lieu le 5 décembre 2011. Le 12 juin 2014, la Cour a confirmé quatre charges de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire – tentative de meurtre, et persécution) à son encontre et l’a renvoyé en procès.

Il comparaît depuis le 28 janvier 2016 avec l’un de ses proches, Charles Blé Goudé, ancien leader des « jeunes patriotes » pour « crimes contre l’humanité » lors des violences postélectorales ivoiriennes de 2010-2011.

Erick de Baru
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »] 


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireGbagbo

[fbcomments]

Related Articles

L’Ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire, Phillip Carter III distribue des Smartphones aux députés avant son départ

Arrivé en plein processus électoral, l’Ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire Philip Carter avait officiellement présenté ses lettres de créance à

La Côte d’Ivoire rentre au conseil des gouverneurs de la Banque Islamique de Développement

La traditionnelle assemblée annuelle de la Banque Islamique de Développement, BID, s’est tenue du 18 au 22 mai dernier à

Niger – présidentielle: Issoufou affrontera l’opposant Amadou au second tour

[GARD align= »center »] Le président sortant Mahamadou Issoufou, arrivé en tête au premier tour de la présidentielle des 21 et 22

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. O MAD PANGOL
    O MAD PANGOL 23 juin, 2016, 15:24

    l’afrique n’a pas besoin de la democratie occidentale qui n’est rien d’autre que de soummetre les africains au sataniste mondialiste

    Répondre à ce commentaire
  2. Firmando
    Firmando 23 juin, 2016, 19:30

    Comment fait-on pour signer cette pétition?? je suis vraiment intéressé Bagbo ne mérite pas une seule seconde ce qu’ils lui font.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*