Plus d’Africains séropositifs sous ARV, mais dépendance

Plus d’Africains séropositifs sous ARV, mais dépendance
Africains séropositifs sous ARV

Une jeune femme séropositive vient chercher son traitement dans un dispensaire à Nhlangano, au Swaziland, en 2009

Le nombre d’Africains sous traitement anti-VIH a augmenté de 1,1 million de personnes en 2011 pour atteindre le chiffre record de 6,2 millions, un succès qui pourrait être déstabilisé à l’avenir par une dépendance excessive vis à vis de l’extérieur, estime le directeur exécutif d’Onusida Michel Sidibé.

Le nombre d’Africains sous traitement est maintenant de l’ordre de soit 56% de l’ensemble de personnes nécessitant un tel un traitement. Ce qui s’explique notamment par l’effondrement du coût du traitement, qui est passé de 15.000 dollars par personne/an à la fin des années 1990, à 80 dollars actuellement, selon M. Sidibé, le responsable d’Onusida, interrogé lors d’un passage à Paris avant la conférence internationale sur le sida qui se tiendra à Washington du 22 au 27 juillet.

Les traitements ont permis de réduire sensiblement les décès sur le continent le plus touché par l’épidémie de sida avec une mortalité annuelle passée de 1,8 million de décès il y a cinq ans à 1,2 million l’an dernier. Mais, souligne avec force M. Sidibé, cette performance est menacée par une « triple dépendance », financière, médicamenteuse et en matière de recherche. « Si l’on excepte l’Afrique du Sud, 80% des malades africains sont sous traitement grâce à des ressources provenant de l’extérieur de l’Afrique. Ce n’est pas pérennisable, c’est même dangereux » a-t-il ajouté.

Pour contrer la dépendance de l’Afrique en terme de médicaments, avec « 80% des traitements qui viennent de l’Inde », M. Sidibé a indiqué qu’il proposerait la mise en place d’une agence africaine du médicament lors du sommet de l’Union africaine qui se tiendra du 9 au 16 juillet à Addis Abeba. Cette agence aurait pour tâche de contrôler la qualité des médicaments dans un continent où 30% des médicaments vendus sont contrefaits et créer des capacités de fabrication sur place.

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
africainsarvhivmaladeséropositifssidatraitements

Related Articles

Affaire Chebeya : marche des activistes des droits de l’homme le 26 juin à Kinshasa

KINSHASA – Les activistes des droits de l’homme ont décidé d’organiser une marche le 26 juin pour exprimer leurs préoccupations

Nigeria: six Russes et un Estonien enlevés sur un bateau libérés

Six Russes et un Estonien, enlevés il y a deux semaines sur un bateau français attaqué par des pirates au

Biens mal acquis : la tirelire française de Sassou N’Guesso

Depuis mars 2007, date à laquelle le scandale des « biens mal acquis » a éclaté, on avait beaucoup appris

1 commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*