Polémique autour des poupées d’esclaves issue de « Django Unchained », le dernier film de Quentin Tarantino

Polémique autour des poupées d’esclaves issue de « Django Unchained », le dernier film de Quentin Tarantino

Quentin Tarantino est une nouvelle fois sous le feu des critiques. Plusieurs organisations américaines pour les droits civiques ont réagi après la mise en vente de jouets inspirés du dernier film du réalisateur, Django Unchained. L’action de son western spaghetti se situe dans les plantations du Sud des États-Unis où Django, esclave « libéré », décide de partir se venger et récupérer sa femme.

Selon le Guardian, les figurines ont été validées par la Weinstein Company, les producteurs du film, et par la National Entertainment Collectibles Association chargée de surveiller l’aspect des jouets. Certaines mentions, comme « esclave de maison » pour le personnage de Stephen incarné par Samuel L. Jackson, ont provoqué la colère d’une partie de la communauté afro-américaine.

Najee Ali, directeur de Project Islamic Hope, organisation de Los Angeles pour les droits civiques, demande à ce que les figurines soient retirées de la vente. « Ces jouets sont une claque faite à nos ancêtres. Nous sommes bouleversés, nous avons le sentiment qu’ils banalisent les horreurs de l’esclavage. »

DJANGO-poupées

Il souligne au New York Daily News ne pas être opposé à la description des plantations dans Django Unchained:

J’ai apprécié le film mais nous ne pouvons pas supporter ce type de commercialisation. Je n’ai pas vu de poupées à l’effigie d’Hitler après le dernier film de Tarantino, Inglorious Basterds. Je n’ai pas vu non plus de figurines de rescapés des camps de concentration. » Le National Action Network, fondé par le révérend Al Sharpton, défenseur des droits civiques, a aussi réagi par le biais d’un porte parole qui confiait, « vendre ces figurines est extrêmement offensant pour nos ancêtres et la communauté afro-américaine.

« Le film est destiné à un public d’adultes alors que ces jouets peuvent tomber entre les mains d’enfants. Nous ne voulons que d’autres individus puissent les utiliser pour leur propre divertissement et pour se moquer de l’esclavage. »
Le merchandising du film reprend certains personnage: en plus du duo de chasseurs de prime composé de Django et du Dr Schultz, on compte aussi sur Broomhilda, la femme du premier, vendue à Calvin Candie, propriétaire terrien interprété par Leonardo DiCaprio ainsi que Stephen, l’esclave intendant.

Source : Huffingtonpost et Negro News


Tags assigned to this article:
Djangoesclavesfilm

Related Articles

Koffi OLOMIDE solidaire à JB MPIANA

L’artiste musicien Koffi OLOMIDE “Le Quadra Koraman” a été solidaire à son collègue JB MPIANA “Moto Pamba” en refusant de

Reflex Musica sort Zala calme

Crée en 2009, Reflex musica universal un orchestre de Pointe Noire qui réuni les jeunes talantueux des quartiers pour former un groupe

Togo : 40 ans après sa disparition, les togolais vont raviver la flamme de Bella Bellow

Le 10 décembre 2013, il fera exactement 40 ans que le Togo a perdu une grande étoile en la personne

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*