Pourquoi les stars du web n’arrivent pas a pénétrer les entreprises ?

Pourquoi les stars du web n’arrivent pas a pénétrer les entreprises ?

Par Eric Delattre

Facebook, Twitter ou encore FlickR, Digg, Delicious, WordPress…
Mais pourquoi donc ma DSI n’utilise pas ces outils au seins de mon entreprise !!!

Cette question, beaucoup d’entre vous se la pose. Pourquoi donc un tel écart entre nos usages « a la maison » et nos outils « professionnels » ? Etant confronté à cette situation quotidiennement, je voulais écrire ce billet de longue date. Le très bon billet de Fabien Grenet « Et si Twitter lançait une offre vraiment adaptée aux entreprises ? » repris sur le tout aussi bon blog de Nicolas Bordas m’à décidé à le rédiger.

Il existe plusieurs raisons à cela, liés aux besoins spécifiques d’une entreprise, en passant par la stratégie (et les moyens) de nos start-up préférées.

Ces stars du web, dont les services sont utilisés chaque jours pas des centaines de millions d’internautes, n’arrivent pas à proposer des offres « Pro ». Par offre professionnelle, je pense à proposer leur technologie pour l’entreprise, en usage interne. Je n’évoque pas ici l’utilisation des outils à des fins de marketing / communication par les marques.

Mais le constat est pourtant sans appel : Aucune des start-up que je connaisse ne propose ce type de service pour l’entreprise. Si, pardon, j’en connais 2, dont une Française (Cocorico !) : Google via ses offres Google Apps, Enterprise Search et Postini Services, et Netvibes au travers son offre Netvibes for entreprise.

A l’heure de l’Entreprise 2.0 (je vous conseille au passage cet excellent Blog piloté par le non moins excellent Fred Cavazza), des « nouveaux médias » et de la redéfinition des moyens de communication dans l’entreprise, voire de son organisation même, le constat est étonnant, car nous pouvons imaginer les besoins bien présents.

De plus, le Cloud Computing est aujourd’hui très tendance. Or, toutes les sociétés citées ci-dessus sont déjà sur un mode « In The Cloud » et pourraient attaquer le marché des entreprises en leur proposant des offres clé en main, sous un mode aujourd’hui très recherche de pay-per-use.

Ci-gît le Seigneur de La Palice
S’il n’était mort il ferait encore envie

L’entreprise est l’entreprise, L’usage privé est l’usage privé.

Par cette très belle lapalissade, se cache une effroyable vérité. Même si en apparence les besoins finaux sont identiques : usage, ergonomie fonctionnalités…, les besoins et exigences d’une entreprise vis à vis des services utilisés sont très différent du monde « Grand public ». Nous pouvons citer par exemple (liste non exhaustive) :

  • La sécurité absolue de l’information
  • Le taux de disponibilité du service (contractuel avec pénalités à la clé !)
  • Propriété intellectuelle des données: à qui appartiens les informations et données créées sur les plates-formes ?
  • Les besoins d’interconnection avec le reste du SI (annuaires, authentification via SSO – Single Sign On, …)
  • La relation client – fournisseur, réunions réguliaires, tableaux de bord, etc…
  • Réversibilité (comment récupérer mes données en cas de fin de contrat ?)
  • Le support utilisateurs

Sur l’ensemble de ces quelques points pris en exemple, la plupart de nos start-up préférées sont incapables de répondre. Imaginez le coût en pénalités que devrait payer Twitter à ses clients pour cause d’indisponibilité du service ! Et agir sur cet indicateur nécessite de revoir l’architecture technique au grand complet.

Bien incapables d’aborder ces aspects, le champs est alors libre pour voir apparaitre des sociétés reprenant des concepts, mais adaptés à l’entreprise.

Citons par exemple le très bon (et Français) Blue Kiwi (Twitter) qui propose une offre de réseau social d’entreprise. Ou encore Yammer positionné sur le micro-blogging. Sans oublier bien entendu les « Gros » que sont Microsoft ou encore IBM qui ont des offres de plates-formes collaboratives.

Ces start-up (ou pas) sont alors centrées sur les besoins des entreprises et savent y répondre au plus juste.

De plus une start-up comme Twitter par exemple ne dispose ni des ressources, ni des moyens, permettant d’étendre leur service aux entreprises. En effet, la stratégie communément adoptée est 1- avoir la base d’utilisateur la plus importante possible 2- essayer de trouver une recette pour la monétiser. Les efforts sont alors concentrés sur le recrutement de nouveaux utilisateur, au détriment de la stabilité ou de la sécurité de la solution (Twitter, encore une fois, est un cas d’école !). Impossible dans ces conditions de d’espérer démarcher les entreprises pour leur ventre une solution SaaS !

Enfin, et ce n’est pas négligeable, une start-up ayant depuis l’origine évoluée sur un marché grand public à énormément de mal, lorsqu’elle entreprend de proposer une solution à une entreprise, à avoir un discours adaptée à celle-ci. Je pense que c’est une question de gènes ! J’ai pu personnellement constater, au travers d’un appel d’offre, que même une jeune et petite start-up comme Google n’arrive toujours pas à avoir un discours adapté à une grande entreprise, et ne dispose pas de réponses satisfaisantes aux questions posées ci-dessus. A contrario, les sociétés comme Blue kiwi étant spécialisées dès l’origine sur l’entreprise, sont comme des poissons dans l’eau !

Il serait pourtant, à mes yeux, très pertinent de voir des entrepreneur proposer cette double approche Public – Entreprise dès la création de leur business, en intégrant les deux dimensions dans un business plan… La partie publique craierait un usage ainsi qu’une notoriété forte. La branche entreprise permettrait d’assurer le financement de l’entreprise. Les ressources techniques seraient communes bien entendu, intégrant l’ensemble des contraintes dès la conception. Je ne me souviens pas avoir déjà été confronté à ce type de modèle…

Donc, les solutions existent. Pourquoi n’ai-je rien au boulot ?

Oui l’offre existe, elle répond à tous les cannons de la beauté actuelle : Software As A Service (ou Offre dans le Nuage), Pays-per-use, un investissement donc minimum, prêt à être utilisé et une mise en oeuvre technique ultra simple, …

Cependant, l’usage de ces outils bouleverse les relations au seins de l’entreprise. Pour le meilleurs bien entendu. Mais comme pour tout, tout ceci doit se faire de manière maitrisé, controlé, accompagné, avec des sponsort interne forts, porteur de ces changements.

Aujourd’hui, la DSI vas pouvoir jouer à plein son rôle de veille technologique, accompagner et guider l’entreprise dans les changements qui arrivent, mais ne peut en aucun cas prendre le rôle d’une DRH ou d’une Direction de la Communication. Ces personnes doivent ainsi être les vrais moteurs de tels changements et à la pointe des attentes et nouveaux usages de leur collaborateurs. La DSI jouera alors pleinement son rôle d’accompagnateur.

Vous trouvez que vos outils professionnels brillent par leur obsolescence ? Stoppez ainsi de vous plaindre de votre Informatique, allez voir votre DRH 🙂 La DSI connait déjà les réponses !

Source



Related Articles

Maroc: un couple d’adolescents arrêté à cause d’une photo sur Facebook

Un couple d’adolescents a été arrêté par la police à Nador, dans le nord-est du Maroc, après avoir publié sur

Qui sont les champions africains sur Twitter ?

L’agence de communication britannique Portland a publié jeudi 26 janvier les résultats d’une étude sur l’usage de Twitter en Afrique

J'aime – J'aime pas : En tampon

L’omniprésence de Facebook dans nos vies ne s’arrête pas. En vente libre en échange de 10 euros environ par ici !

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*