Pourquoi obliger des malades à aller dans vos centres médicaux ?

Pourquoi obliger des malades à aller dans vos centres médicaux ?

Cette question doit être posée à cette frange de médecins propriétaires des cliniques et cabinets médicaux qui ne soignent que lorsque le patient s’est adressé à leur clinique. Et qui, même lorsqu’ils reçoivent au niveau de la structure hospitalière publique, obligent des malades à aller dans leurs propres cabinets, ceci pour des raisons commerciales. « Tel examen médical ne peut se faire que dans mon cabinet médical, pas ailleurs ». Ce propos, qui désoriente, ne vise qu’un seul but : celui de l’enrichissement sur le dos du malade. Et pourtant, nombreux sont les hôpitaux de base, les hôpitaux généraux et les centres de santé intégrés qui ont tout ce qu’il faut pour examiner des malades. Pourquoi, alors, n’avez-vous pas honte, vous médecins propriétaires de vous comporter ainsi ?

Ces agissements honteux développent chez ceux qui les pratiquent des attitudes telles que l’absentéisme, la course effrénée vers l’argent et le rejet volontaire des principes du Serment d’Hippocrate.

Dans le passé le constat avait été fait par certaines autorités que le matériel bio-chimique et bio-technique qui arrivait dans certaines structures hospitalières publiques tenues par ces « soi-disant », médecins-propriétaires, disparaissait pour se retrouver dans des cabinets médicaux privés, et cela avait été arrêté net.

Dans certaines de nos villes, des parents de malades se plaignent ainsi : « Il nous a demandé de reprendre ces examens parce que nous n’étions pas allés dans son cabinet médical. Or maintenant là nous n’avons plus d’argent », « Ce médecin a refusé de nous recevoir pour la deuxième fois parce que nous ne sommes pas allés dans sa clinique pour les examens demandés». Et parmi les arguments fallacieux que les médecins-propriétaires avancent figure en bonne place le suivi des malades, la compétence humaine et la qualité d’équipement biotechnique. Mais au fond, la vraie raison, qui est cachée, est le commerce que l’on ne veut pas évoquer.

La pratique que les médecins-propriétaires développent peut ainsi se résumer : «ous les malades reçus dans la structure hospitalière publique par moi lorsque je suis de permanence, doivent être conduits à ma clinique pour gagner plus d’argent ». Il est temps de dénoncer ce genre de pratique et d’amener les autorités en charge des questions sanitaires à prendre des mesures strictes pour arrêter de tels comportements.

Le choix d’une structure hospitalière privée dépend du malade lui-même, de ses parents et de leurs moyens financiers. Il ne devrait pas être forcé par un médecin-propriétaire pour des raisons commerciales. La santé n’a pas de prix et ce genre de comportements est à bannir.

 

Faustin Akono / LDDB


Tags assigned to this article:
cliniquecommercemalade

Related Articles

Gambie: Le président Yahya Jammeh décrète l’interdiction de l’excision

[GARD align= »center »] Le président gambien, Yahya Jammeh, a annoncé lundi soir que l’excision était désormais interdite dans le pays. Une

L’Afrique, talon d’achille de la cyber-sécurité

Lorsqu’une pilule amincissante s’est invitée sur le compte Twitter du ministère de la Sécurité d’Etat le week-end dernier, bien des

Le Burundi boycotte les discussions de sortie de crise à Arusha

[GARD align= »center »] Le gouvernement du Burundi va boycotter les discussions de sortie de crise qui doivent s’ouvrir jeudi à Arusha

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*