« Power Africa », le plan d’Obama pour généraliser l’électricité en Afrique, a été ratifié par la Chambre des Représentants

« Power Africa », le plan d’Obama pour généraliser l’électricité en Afrique, a été ratifié par la Chambre des Représentants

[GARD align= »center »]

Barack Obama

Barack Obama

Le projet du président Barack Obama visant à installer 20 000 mégawatts de capacité énergétique en Afrique subsaharienne d’ici 2020 vient d’être approuvé, ce jeudi 8 mai, par la Chambre des représentants aux USA.

Sept milliards de dollars. C’est le budget que prévoit B. Obama pour son plan de renforcement des ressources électriques en Afrique d’ici 2020. La Chambre des représentants s’est prononcée ce jeudi 8 mai en faveur du projet qui doit ensuite être examiné par le Sénat prochainement. Baptisée « Power Africa », l’initiative américaine avait été annoncée par le Président américain lors d’un discours en Afrique du Sud en juin 2013. Le plan permettrait de « doubler l’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne » selon Obama. Il s’agit de répondre aux immenses besoins énergétiques d’un continent en pleine croissance, mais dont le développement et les investissements sont gênés par des insuffisances en matière d’électricité. Le plan concernera, au départ, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, le Liberia, le Nigeria et la Tanzanie, des pays affectés par des coupures d’électricité fréquentes.

« Plus des deux tiers de la population de l’Afrique subsaharienne vivent sans électricité, et plus de 85% des habitants des zones rurales n’y ont pas accès » selon la Maison Blanche. « Power Africa va s’appuyer sur l’énorme potentiel énergétique de Afrique, y compris les nouvelles découvertes de vastes réserves de pétrole et de gaz, et sur le potentiel de développement d’énergies propres, géothermique, hydroélectrique, éolienne et solaire ».

[GARD align= »center »]

Le plan « Power Africa », qui s’appuierait sur un financement conjoint du gouvernement américain et d’investisseurs privés est une façon, pour les américains, de renouer avec l’Afrique et d’ouvrir aux entreprises américaines une fenêtre sur un marché en pleine expansion, où la Chine est déjà bien implantée. L’administration Obama est consciente de l’importance stratégique de l’Afrique subsaharienne et compte bien rattraper le retard que les USA ont laissé se creuser entre eux et le continent de toutes les promesses. Mais en matière de projets et d’influence en Afrique, les américains n’ignorent pas qu’ils devront composer avec les chinois qui jouent sur le terrain africain depuis plusieurs années déjà. En 2012, le volume du commerce Chine-Afrique a atteint environ deux fois celui du commerce Etats-Unis-Afrique. La bataille d’influence est donc enclenchée même si les relations sino-africaines se sont intensifiées et ont fait de la Chine le plus grand partenaire commercial de l’Afrique depuis 2009. 

[GARD align= »center »]

Marie Hélène SYLVA
Paris – Oeildafrique.com

 

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
afriqueélectricitéénérgieobama

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 10 septembre 2016    

[GARD align= »center »] Présidentielle au Gabon: la Cour constitutionnelle a 15 jours pour trancher Au Gabon, l’équipe de Jean Ping a

Mali: retour du président Dioncounda Traoré

Après deux mois de convalescence à Paris, le président malien par intérim Dioncounda Traoré rentre vendredi à Bamako, capitale d’un

RDC: la parole est à la défense dans le procès de Bemba devant la CPI

La défense de l’ex-vice-président de la République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba a entamé mardi la présentation de son dossier

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. Gilles GOHY
    Gilles GOHY 11 mai, 2014, 00:05

    Belle initiative!
    Prions fortement que les dirigeants africains ne soient jamais chargés de la mise en œuvre de ces projets !!!

    Répondre à ce commentaire
  2. Djekorgee dainyoo Salomon
    Djekorgee dainyoo Salomon 12 mai, 2014, 05:28

    Quand on parle de coupure d’electricite,il n’ya aucun pays au monde qui peux souffrir plus Tchad alors que nous avons plein de ressources energetiques telque le Soleil, le petrol,le vent et bien d’autre alors je ne sais pas en quoi on est moin important aux yeux de l’Amerique pour intervenir aussi en notre faveur. Homme,femme, frere du Tchad,plaidons du mieux qu’on peux notre cause.

    Répondre à ce commentaire
  3. bouba
    bouba 12 mai, 2014, 17:00

    SI un étranger vennait installer l’électricité, chez moi, j’aurrait honte

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*