Premier grand rassemblement de l’opposition au Burkina

[GARD align= »center »]

Le chef de file de l’opposition politique burkinabè, Zéphirin Diabré|©DR

Près de 5.000 personnes se sont réunies samedi à la Maison du Peuple de Ouagadougou pour le premier grand rassemblement de l’opposition burkinabè recomposée depuis l’accession au pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré en décembre 2015.

« Notre opposition est nouvelle, elle est plurielle (…) Elle comprend des libéraux, des sociaux-démocrates, des sankaristes (du nom de l’ancien président Thomas Sankara), des centristes, des communistes, et des gens sans appartenance politique (…) Nous ne sommes pas d’accord sur tout mais nous tous sommes d’accord sur quelque chose: c’est que le MPP (Mouvement du peuple pour le Progrès, au pouvoir) gère mal le Burkina Faso », a déclaré le chef de l’opposition Zephyrin Diabré, soulevant les acclamations de la foule.

Cette nouvelle plateforme de l’opposition comprend un trentaine de formations mais surtout l’Union pour le progrès et le changement (UPC de Zephyrin Diabré) et le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, l’ancien parti de Blaise Compaoré).

M. Diabré a été pendant des années le principal opposant à Blaise Compaoré qui a été obligé de quitter le pouvoir après 27 ans à la tête du pays et l’insurrection d’octobre 2014.

Celle-ci a porté au pouvoir après un an de transition et une élection démocratique des anciens barons du régime Compaoré passés peu avant dans l’opposition et qui ont créé le MPP.

« Nos amis en face ont peur de la colère du peuple, peur d’une nouvelle insurrection. C’est normal. Comme on dit dans la tradition : +L’assassin sait que le coup de gourdin fait mal+ (…) Qu’ils fassent attention! », a lancé M. Diabré.

Le mot d’ordre « attention » a été repris à maintes reprises par les militants. Ce cri était justement un des principaux slogans pendant l’insurrection d’octobre 2014. M. Diabré a « rappelé que le peuple a faim, que les jeunes sont au chômage, que l’argent ne circule pas, que les soins ne sont pas gratuits (…) que les femmes sont dans la misère ».

« La corruption est repartie de plus belle au pays des hommes intègres (Burkina Faso) », a-t-il estimé.

M. Diabré et l’ensemble de l’opposition ont présenté un programme commun ainsi qu’un « questionnaire de 200 marqueurs » pour suivre la politique du gouvernement.

Par ailleurs, le chef de l’opposition a évoqué la préparation d’une motion de censure.

La pouvoir aura « en face de lui une opposition +caillou+ (dure) (…) qui mènera son combat (…) dans la presse, dans l’hémicycle et s’il le faut dans la rue ».

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
BurkinaoppositionpolitiqueZephyrin Diabré

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Burkina Faso : Ouverture du Fespaco, Festival du cinéma africain

Le festival du cinéma africain se déroule à Ouagadougou du 28 février au 7 mars. Les organisateurs attendent 12000 festivaliers

Sénégal: l’ex-président Abdoulaye Wade rentre à Dakar

[GARD align= »center »] L’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, 91 ans, est arrivé lundi après-midi à Dakar pour participer à la campagne pour

Premier cas confirmé d’Ebola au Mali

[GARD align= »center »] Le Mali a enregistré son premier cas confirmé d’Ebola, une fillette venue de la Guinée voisine et qui

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*